ING tente d'apaiser les craintes des travailleurs

La direction a pris la peine de calmer les inquiétudes des syndicats qui estiment néanmoins que les mauvaises nouvelles sont seulement reportées. ©REUTERS

Pas de mauvaise surprise pour les syndicats lors du conseil d'entreprise d'ING Belgique ce jeudi. Les représentants des travailleurs sont pourtant certains que des mesures difficiles seront prises à moyen terme dans le secteur bancaire.

Les syndicats craignaient de mauvaises nouvelles, il n'en a finalement rien été. Lors du conseil d'entreprise "particulièrement long" tenu ce jeudi dans les murs du bâtiment "Marnix" d'ING, la direction a pris quatre heures pour apaiser les inquiétudes des syndicats: alors que la banque va couper dans les dépenses auprès de ses consultants, elle ne compte pas procéder à des licenciements ou à des fermetures d'agences supplémentaires actuellement.

Erik Van Den Eynden, le CEO d'ING Belgique, s'est ainsi personnellement déplacé, au même titre que le reste de la direction, pour créer une atmosphère plus conviviale que celle d'une visioconférence. Si le plan de restructuration annoncé en 2016 poursuit son cours, il n'est pas encore question d'aller plus loin.

"La question n'est pas de savoir si de nouvelles restructurations auront lieu dans le secteur bancaire, mais quand?"
Un représentant syndical

Alors que la moitié des agences restaient fermées au début du déconfinement, 143 de plus auront rouvert lundi prochain, portant à 72% le nombre de bureaux accessibles. Le sort des 165 agences toujours fermées dépendra de la situation sanitaire, indique la direction. Des plans existent déjà pour le transfert de personnel depuis les agences vers les call centers, affirme un délégué, mais leur timing n'est pas encore connu.

Celle-ci a également évoqué la poursuite des procédures de contrôle "Know your customer", qui ont récemment posé des problèmes à la banque.

Malgré le climat serein, les syndicats demeurent prudents. "La question n'est pas de savoir si de nouvelles restructurations auront lieu dans le secteur bancaire, mais quand", commente une source syndicale. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés