Publicité

ING voit son bénéfice chuter de 40% au premier trimestre

Conformément aux demandes de la BCE, ING a suspendu le versement de son dividende jusqu'en octobre prochain. ©REUTERS

La banque néerlandaise encaisse le choc de la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus. Elle fait cependant mieux que les prévisions des analystes.

ING a réalisé un bénéfice net de 670 millions d'euros au premier trimestre. Il s'agit d'une baisse de 40,1% par rapport aux trois premiers mois de l'année 2019 et de 23,9% en comparaison avec le dernier trimestre 2019. Celle-ci s'explique évidemment par les conséquences de la pandémie de coronavirus, dont un coût du risque en augmentation et des ajustements de valeur négatifs provoqués par la volatilité sur les marchés.

La chute est cependant moins violente que ce que les analystes prévoyaient. Selon une analyse de l'agence Bloomberg, ceux-ci tablaient en moyenne sur un bénéfice net réduit à 411 millions d'euros. À l'ouverture des marchés, l'action ING prenait plus de 7% sur la Bourse d'Amsterdam.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 4,51 milliards d'euros, en légère baisse de 1,4% en glissement annuel, a indiqué le groupe dans un communiqué.

"Compte tenu de l'incertitude dans l'environnement actuel, nous devrons examiner de près notre base de coûts pour nous assurer que nos dépenses soutiennent de manière optimale nos priorités stratégiques."
Ralph Hamers
CEO ING

"En tant que banque opérant au niveau mondial, ING est affectée de plusieurs manières, notamment par l'impact de la pandémie sur nos clients, nos employés et les communautés au sein desquelles nous travaillons", commente Ralph Hamers, le CEO du groupe. Pour rappel, ce dernier quittera ING en juin prochain pour prendre la tête d'UBS, la première banque suisse, à partir du 1er novembre.

661 millions d'euros de provisions

Au cours de ce trimestre, le groupe néerlandais a provisionné un montant de 661 millions d'euros pour se couvrir face aux défauts de paiement potentiels que la crise actuelle va provoquer. Au premier trimestre 2019, l'enseigne n'avait mis que 207 millions d'euros de côté dans ce but.

670 millions
d'euros
ING a enregistré un bénéfice net de 670 millions d'euros au premier trimestre, en baisse de 40,1% par rapport à 2019.

Conformément aux demandes de la BCE, ING a suspendu le versement de son dividende jusqu'en octobre prochain. "Compte tenu de l'incertitude dans l'environnement actuel, nous devrons examiner de près notre base de coûts pour nous assurer que nos dépenses soutiennent de manière optimale nos priorités stratégiques", a indiqué Ralf Hamers. "Dans le même temps, ING est bien capitalisée et dispose d'une base de financement très stable", a-t-il ajouté.

Le ratio de solvabilité de la banque s'établit à 14% (contre 14,6% à la fin 2019), tandis que la rentabilité des capitaux propres atteint 8,4%. 

La Belgique dans le rouge

En Belgique, l'activité retail d'ING, qui inclut également le Luxembourg, a été pénalisée par les mouvements des produits dérivés sur les marchés. Le résultat net plonge à -63 millions d'euros, contre 42 millions d'euros en 2019. Un chiffre qui s'explique également par le fait que les coûts régulatoires annuels sont comptabilisés lors de ce premier trimestre.

Sur le plan commercial, la quatrième banque du pays a résisté, avec des revenus d'intérêts et de commissions légèrement plus élevés. ING Belgique provisionne, pour sa part, 144 millions d'euros contre les défauts de crédit, soit environ le double du montant mis de côté l'année passée. 

L'institution ne s'avance pas quant à des prévisions pour l'ensemble de l'exercice, mais le secteur, dans son ensemble, est pessimiste. Plus tôt cette semaine, BNP Paribas indiquait que son résultat annuel pourrait chuter de quelque 20% sur l'ensemble de l'année en comparaison avec 2019.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés