JPMorgan fait mieux qu'attendu

JPMorgan Chase a enregistré un bénéfice net en hausse de 23,13%, à 4,4 milliards de dollars, supérieur aux attentes des analystes. Mais le produit net bancaire recule...

La banque américaine JPMorgan Chase a annoncé mercredi un bénéfice net en hausse de 23,13%, à 4,4 milliards de dollars au troisième trimestre, supérieur aux attentes des analystes, mais son produit net bancaire a chuté de 11%. Au troisième trimestre, le bénéfice par action s'établit à 1,01 dollar par action, alors que le consensus des analystes s'établissait à 88 cents par actions. Le bénéfice net était de 3,58 milliards de dollars l'an dernier à la même période.

En revanche, le produit net bancaire a reculé de 11%, à 23,8 milliards de dollars, contre 26,6 milliards de dollars il y a un an. Ce recul est dû à une chute du bénéfice net de la banque d'investissement, l'un de ses points forts, qui a dégringolé de 33%, à 1,28 milliards de dollars contre 1,92 un an auparavant. Les recettes de cette branche ont reculé de 29%, à 5,35 milliards de dollars, contre 7,5 milliards l'an dernier. Ce qui n'a pas empêché la banque de maintenir son rang de numéro un du secteur, s'est félicité le PDG de JPMorgan Chase, Jamie Dimon.

La banque new-yorkaise doit la progression de son bénéfice à une réduction des pertes liées aux crédits, aux emprunts et à une diminution des défauts de paiements des particuliers.
"Nous avons réduit les réserves pour les pertes liées aux crédits de 1,5 milliard ce trimestre", a ainsi déclaré Jamie Dimon, cité dans le communiqué.
L'activité des cartes de crédit est repassée au vert, alors qu'elle était déficitaire sur la même période un an plus tôt. Elle a réalisé un bénéfice de 735 millions de dollars, contre une perte de 700 millions de dollars à la même période l'an dernier.

Les activités de détail ont également enregistré une forte hausse du bénéfice net, à 907 millions de dollars, contre seulement 7 millions il y a un an.
La plupart des grosses banque américaines ont essuyé de colossales pertes en raison des prêts pourris accordés à des ménages américains insolvables, et qui avait été à l'origine de la crise financière. JPMorgan Chase a toutefois été moins touchée que ses rivales.

Pour l'avenir, la banque se veut prudemment optimiste, en soulignant que ses fondamentaux "solides" devraient lui permettre d'offrir "de bons rendements à (ses) actionnaires" à l'avenir.

M. Dimon s'est ainsi félicité que la banque ait enregistré une baisse des coûts du crédit, en soulignant que le portefeuille des défauts de paiements était "demeuré relativement stable par rapport au précédent trimestre", déjà en baisse. En revanche, il a dit s'attendre à ce que les pertes liées au crédit demeurent à des niveaux élevés, et a prévenu que "si les conditions économiques se détérioraient, les pertes liées au crédit pourraient tendre à augmenter."

Concernant la réforme du secteur bancaire aux Etats-Unis, une des priorités de l'administration du président Barack Obama, JPMorgan Chase se contente d'indiquer qu'elle continuera à consacrer "des ressources substantielles" à la mise en place de ces réformes. Enfin, la banque a souligné qu'elle comptait toujours embaucher plus de 10.000 personnes aux Etats-Unis d'ici à la fin de l'année, alors que le secteur avait été durement frappé par la crise financière.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés