KBC augmente ses dirigeants

©Thierry du Bois

Le groupe de bancassurance, KBC, a octroyé en 2016 et en 2017 une augmentation aux membres de son comité de direction, le CEO en tête. Objectif: aligner les "salaires à la taille et la complexité du groupe."

"Le niveau de rémunération des membres du comité de direction n’est pas proportionnel à l’importance et à la complexité de KBC Groupe". À en croire le rapport annuel de KBC , c'est désormais chose faite. Le bancassureur a, en juillet dernier, revu à la hausse de 6% le salaire fixe des membres de la direction. Dès 2017, la rémunération variable maximale sera, elle, accrue de 20%. "Tout cumulé, on arrive à une augmentation proche de 10%", indique KBC qui affirme se baser sur une étude comparative vis-à-vis des autres sociétés cotées du Bel20, mais aussi des groupes financiers européens comparables.

Nommé banquier de l'année 2016 en Europe occidentale par le magazine Banker, le CEO Johan Thijs profite de la plus forte croissance de la rémunération variable: + 40%. Et le groupe d'ajouter que davantage encore des autres membres du comité de direction, le salaire de Johan Thijs était bien inférieur à celui de ses confrères belges et européens.

C'est la première fois dans son rapport annuel 2016 que KBC publie les rémunérations détaillées entre salaire fixe et variable. On y voit ainsi que le salaire fixe du CEO a crû de 3 % de 1,09 million à  1,125 million d'euros. Au total, sa rémunération atteint 1,51 million d'euros.  Selon nos calculs, il a ainsi vu sur un an sa rémunération totale progresser de 5,6%.

Enfin, les administrateurs du conseil préservent une rémunération inchangée. Le président, Thomas Leysen touche ainsi 500.000 euros par an, soit un salaire conforme au marché, nous dit-on.   

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés