L'emploi au plus bas dans les banques belges

Filip Dierckx , président de Febelfin. ©Belga ©BELGA

Febelfin fait état d'un niveau d'emploi en recul dans le secteur bancaire belge. Et anticipe une accélération de la tendance dans les prochaines années.

Sans surprise, Febelfin a annoncé un recul de l'emploi dans le secteur bancaire belge. À la présentation de son rapport annuel, la fédération bancaire affirme ainsi que 2.500 postes ont disparu dans les banques en 2013, soit un recul de 4,5%. Il s'agit d'un nombre record pour le secteur qui, il y a dix ans, employait plus de 68.000 personnes contre 55.576 en 2012 et 53.075 en 2013. Et Febelfin anticipe une accélération de la tendance dans les prochaines années. Il faut dire que la majorité des grandes banques procède pour l'heure à une réduction de son effectif.

Outre l'emploi, le nombre d'agences a également connu un tassement. Les banques disposaient fin 2013 d'un réseau total de 7.138 contre 7.360 un an auparavant. "Avec 675 agences par millions d'habitants, nous restons au-dessus de la moyenne européenne", rassure Filip Dierckx, président de Febelfin. Le nombre d'abonnements de banque en ligne a, lui, dépassé les 10 millions.

La rentabilité reste aussi aux yeux des banquiers un épineux problème. "La rentabilité est importante pour pouvoir financer l'économie. Nous craignons ne plus pouvoir assurer ce rôle à cause d'une rentabilité trop faible", explique Filip Dierckx.  

Enfin, Febelfin pointe également du doigt l'accumulation réglementaire. "Au total, 7.144 pages de nouvelles lois financières nationales et européennes ont été rédigées et implémentées", insiste-t-on chez Febelfin. "Au niveau sectoriel, les bilans ont été réduits ces dernières années, les fonds propres ont été renforcés, les activités de négoces développées par certains acteurs ont été comprimées et le levier a été nettement affaibli".

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés