L'ex-patronne d'Arco couverte par une assurance en responsabilité

©Photo News

Citée dans l'action collective intentée par de petits actionnaires, l'ex-patronne d'Arco Francine Swiggers devrait s'en sortir sans trop de casse financière si elle était reconnue coupable de manquements dans son management.

Mi-septembre, on apprenait que Francine Swiggers, ancienne CEO d'Arco mise en cause pour sa mauvaise information à ses coopérateurs qui ont perdu leurs investissements dans la débâcle de Dexia -dont Arco était l'un des principaux actionnaires-, réclamait aux coopérateurs qui la poursuivent en justice des dommages et intérêts.

Aujourd'hui, il semble que si la dirigeante devait être reconnue d'une quelconque faute de management, elle ne serait financièrement pas beaucoup touchée. Il ressort en effet que Francine Swiggers est couverte par une assurance en responsabilité civile pour management.

Détails de la couverture?

En soi, être couvert lorsqu'on occupe un poste à responsabilité n'a rien d'étonnant. D'autres managers d'Arco avaient également souscrit à une telle assurance, mais jusqu'ici l'existence de ces polices d'assurance était totalement passée sous les radars.

Le montant pour lequel est assurée Francine Swiggers et l'identité de l'assureur restent inconnus. Par la voix de son avocat, Me Eline Tritsmans du cabinet Rieder & Verdonck, on apprend que Swiggers ne fera aucun commentaire.

Selon nos informations, les assureurs concernés ont déjà analysé le dossier et ont conclu qu'à leurs yeux l'action de Deminor ne tenait pas debout. Le dernier mot revient toutefois à la justice à moins qu'une solution soit trouvée entre-temps.

Le cas Fortis

Dans notre pays, le dossier Fortis fait l'objet d'un précédent important. Un groupe de 11 assureurs avaient mis 290 millions d'euros sur la table afin de pourvoir à l'accord en milliards d'euros signé par Ageas, successeur de Fortis, et une série d'organisations de défense des actionnaires Fortis. La couverture maximale avait, dans ce cas, été fixée à 625 millions d'euros répartis sur deux polices d'assurance.

Les griefs

Pour près de 800.000 coopérateurs d’Arco, Francine Swiggers, c’est avant tout l’administratrice-déléguée d’Arco – le bras financier du mouvement ouvrier – qui les a dupés sur le caractère non risqué des parts coopératives de la société. C’est celle qui est à l’origine de leur perte financière. Depuis, elle a endossé, en prime, le rôle de liquidatrice des sociétés Arco.

Ils sont ainsi 2.168 à avoir rejoint l’action collective intentée par Deminor contre Arco (et ses filiales), Belfius (héritier de Dexia Banque), l’État belge et Francine Swiggers.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect