L'Ukraine affecte les sociétés européennes

©Bloomberg

La crise russo-ukrainienne commence à avoir ses effets sur quelques grandes entreprises européennes, à l'image de Société Générale et Carlsberg, qui citent nommément le conflit pour expliquer leurs prestations au premier trimestre.

Les tensions en Ukraine affectaient déjà les marchés boursiers ces dernières semaines et il semblait inévitable que le conflit et le climat d'incertitude qu'il entraîne aurait un impact sur certaines entreprises. D'après certaines estimations, les entreprises européennes investiraient chaque année jusqu'à 250 milliards d'euros en Russie. Et la menace de sanctions économiques ne touchant plus uniquement des responsables politiques mais également  certains pans de l'économie inquiète.

Aujourd'hui, deux grandes multinationales confirment le présupposé: le géant bancaire Société Générale et le groupe Carlsberg ont tous deux expliqué partiellement leurs prestations financières au premier trimestre en évoquant les conséquences des évènements en Ukraine. 

Pour SocGen, surtout, l'impact est majeur: la banque affiche une baisse 13% de son bénéfice au premier trimestre. Une baisse largement due au marché russe, pour lequel elle a enregistré une réduction de valeur de rien moins que 525 millions d'euros. 

La crise russe tombe très mal pour la banque, qui avait lâché, en 2006, 634 millions de dollars pour une prise de participation dans Rosbank. Depuis, le groupe a investi plus de 4 milliards d'euros pour prendre le contrôle complet de la banque et la remanier pour en faire l'un des champions du crédit en Russie.

Carlsberg a lui aussi lourdement investi en Russie ces dernières années, le groupe considérant le pays comme un marché prometteur. Via la filiale Baltika, le marché russe représente jusqu'à 40% des revenus du groupe. À noter que l'aventure russe de Carlsberg a déjà été chahutée, notamment par des changements de législation qui ont impacté ses ventes en 2011 et 2013. 

Et les perspectives actuelles ne sont pas rassurantes: Carlsberg a dit s'attendre à ce que ses ventes en Russie baissent de 5% cette année.

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés