Publicité

La BNB demande aux banques et assureurs de s'abstenir de verser des dividendes jusqu'en septembre

©BELGA

L'autorité prudentielle prolonge ainsi une recommandation en vigueur depuis le printemps. Les institutions financières doivent ainsi conserver des capitaux pour faire face à l'incertitude actuelle.

La Banque nationale de Belgique (BNB) a formellement demandé ce vendredi aux banques et aux compagnies d'assurance et de réassurance de ne pas procéder à la distribution de dividendes, ou au moins de limiter celle-ci, au cours des neuf premiers mois de l'année 2021. Cette recommandation de la banque centrale prolonge celle qui était déjà en vigueur jusqu'au 1er janvier. Elle appelle les établissements financiers à la prudence, sans préciser ce que signifie un dividende limité.

"Ces réserves doivent être utilisées prioritairement pour absorber les pertes et pour garantir la continuité de l’intermédiation financière."
Banque nationale de Belgique

La BNB explique cette demande par "l'incertitude persistante entourant l'incidence à court et à long terme du Covid-19". Elle entend ainsi encourager les établissements de crédit et les (ré)assureurs à conserver des fonds propres suffisants. "Ces réserves doivent, le cas échéant, être utilisées prioritairement pour absorber les pertes et pour garantir la continuité de l’intermédiation financière, notamment l’octroi de crédits et les activités d’assurance en faveur de l’économie réelle", précise-t-elle.

Plus tôt ce vendredi, le Comité européen du risque systémique (ESRB) enjoignait les autorités prudentielles compétentes à prendre les mesures nécessaires pour n’autoriser les distributions de dividendes que sous réserve du respect de conditions strictes. Une recommandation qui s'appliquera jusqu'au 30 septembre 2021. Mardi, c'était la Banque centrale européenne (BCE) qui allait dans le même sens.

Polémique printanière

Au printemps déjà, alors que la pandémie déferlait sur le Vieux continent, les autorités prudentielles avaient demandé aux institutions financières de s'abstenir de gâter leurs actionnaires pour se préparer à des temps difficiles.

En Belgique, cela n'avait pas été sans susciter de polémique. BNP Paribas entendait ainsi faire remonter le dividende de sa filiale belge BNP Paribas Fortis à Paris avant de verser un coupon à ses actionnaires. L'Etat belge, le plus important d'entre eux, s'y était opposé et le groupe avait finalement renoncé à procéder à la distribution du dividende.

Chez les assureurs, Ageas, qui détient notamment AG Insurance en Belgique, est elle passée outre les recommandations. En octobre dernier, elle avait approuvé le versement d'un dividende pour l'exercice 2019.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés