La Justice poursuit Optima jusqu'en Espagne

©BELGA

Déclarée en faillite le 15 juin dernier, Optima Banque occupe toujours la justice gantoise. Désormais les enquêteurs sont à la recherche d'éventuels transferts vers une filiale espagnole.

Le dossier Optima dépasse désormais les frontières belges. La Justice gantoise, en charge du dossier, a en effet eu l’attention attirée sur une filiale d’Optima en Espagne, apprend-on. Les enquêteurs veulent désormais vérifier si des millions d’euros n’ont pas été transférés en toute connaissance de cause via cette filiale, au bénéfice de l’actionnaire majoritaire Jeroen Piqueur.

La banque Optima a été déclarée en faillite le 15 juin dernier par le tribunal de commerce de Gand, laissant des dizaines de clients sur le carreau. La madrilène Optima Planifición Fiscal Patrimonial (OPFP) a entre autres reçu un prêt de plus de 3,6 millions d’euros de la part d’Optima Banque.

3,6 millions d'euros
La filiale madrilène, Optima Planifición Fiscal Patrimonial, a reçu un prêt de plus de 3,6 millions d'euros de la part d'Optima Banque.

En 2013, par ailleurs, Optima Group a vendu la filiale espagnole à Optima Banque pour près de 2,4 millions d’euros. A son tour, Optima Banque a revendu cette même filiale espagnole au bras immobilier d’Optima, Optima Global Estate, pour un euro symbolique.

Lors d’une inspection effectuée en mars dernier chez Optima, la Banque nationale de Belgique n’a pu identifier aucune raison économique derrière ce "carrousel aux millions".

A la demande du juge d’instruction, le parquet de Gand ne fait pour l’heure aucune déclaration à propos de l’enquête, notamment à propos du nombre de personnes qui se sont portées parties civiles dans le cadre de cette affaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés