La politique de rémunération responsable freine-t-elle l'embauche chez NewB?

Début de l'année, la banque éthique et durable NewB était officiellement lancée. Elle réunira, ce samedi, ses coopérateurs en assemblée générale. ©BELGA

Les coopérateurs de NewB doivent se prononcer, ce samedi, sur la nomination d'une directrice commerciale. Des questions se posent quant aux difficultés rencontrées par la banque pour recruter.

Un comité de direction à reconstituer en peu de temps. Des budgets de consultance qui explosent. NewB patine-t-elle au démarrage?

Rappelons qu'après plus de neuf ans de gestation, la nouvelle banque éthique et durable avait enfin ouvert ses portes au début de l'année sous la houlette de Thierry Smets en tant que CEO; Tom Olinger ayant préféré endosser le rôle d'administrateur non exécutif.

En mai dernier, deux départs étaient annoncés: celui du CFO Jean-Christophe Vanhuysse et celui du CRO Frans Vandekerckhove (parti à la retraite).

Un nouveau comité

Bernard Bayot, président du conseil d'administration, reconnaît que le lancement de la banque a été retardé par le fait d'avoir à remplacer, sur une période de 9 à 10 mois, plusieurs membres du comité de direction.

Les coopérateurs réunis ce samedi après-midi en assemblée générale - la première depuis le lancement de la banque - devront ainsi valider la nomination de Katrien Beuckelaers au poste de directrice commerciale. Cette nomination reste toutefois sujette à l'approbation du régulateur, la Banque nationale de Belgique.

"Nous avons commencé sous le modèle d'une start-up, mais aujourd'hui trop de postes sont encore externalisés."
Bernard Bayot
Président du conseil d'administration de NewB

"Il reste encore un poste à pourvoir. Nous lancerons un intérim dans les deux prochaines semaines pour, à terme, arriver à un management reconstitué, voire même renforcé."

Un recrutement problématique?

NewB aurait-elle des difficultés à recruter? Bernard Bayot apporte une réponse nuancée. La politique de rémunération responsable appliquée par la banque ne compliquerait pas la nomination des membres du comité de direction. Il annonce même l'arrivée prochaine de "noms connus" pour renforcer les rangs.

Mais, la tâche semble plus compliquée pour les fonctions inférieures. La banque compte d'ailleurs beaucoup de fonctions à rapatrier en interne. "Nous avons commencé sous le modèle d'une start-up, mais aujourd'hui trop de postes sont encore externalisés."

Une situation qui n'est pas sans impact sur le budget de consultance de la banque. On parle de montants frôlant les 2 millions d'euros pour 2020, contre moins d'un million en 2019. Pour le président du conseil d'administration, cette explosion des frais devrait être résorbée dans les trois prochains mois.

Il reconnaît toutefois que la politique de rémunération freine quelque peu l'intérêt de talents. "Mais il y a tout de même des gens qui arrivent chez nous."

Transformer les coopérateurs en clients

Fin avril, la banque rouvrait son capital à de nouveaux coopérateurs. "Depuis le début, de nouvelles personnes nous rejoignent avec une prise moyenne des parts élevée à 100 euros", note Bernard Bayot.

NewB aimerait transformer les coopérateurs en clients. Elle va lancer, à la rentrée, une campagne de séduction à cet effet. Aujourd'hui, le portefeuille est constitué de quelque 15.000 clients sur plus de 116.000 coopérateurs. L'ambition est d'atteindre les 50.000 clients à la fin de l'année.

2,50
euros
L'originalité des comptes courants et d'épargne de NewB réside dans leur tarification. Si le prix de revient par client est estimé à 2 euros, le prix moyen choisi par le client ressort ainsi à 2,5 euros.

Nouveaux produits

Bernard Bayot explique le faible nombre de coopérateurs devenus clients par une gamme de produits encore peu étendue. La banque dispose actuellement de comptes courants et d'épargne dont l’originalité réside dans la tarification. Si le prix de revient par client est estimé à 2 euros, chaque client a le choix du tarif qu'il souhaite payer. Le prix moyen choisi ressort ainsi à 2,5 euros.

NewB prévoit le lancement, début juillet, d'une phase test de sa carte de paiement associant le débit et le crédit. Cette carte sera généralisée à l’ensemble des clients fin juillet. À l'automne, l'offre devrait s'étoffer de produits d'investissements "originaux", gérés par Orcadia Asset Management, la société d'Étienne de Callataÿ.

"Les recettes 2020 devraient être insignifiantes et encore modestes en 2021", conclut le président.

Le résumé

  • NewB tiendra, ce samedi après-midi, sa première AG.
  • À l'agenda, la nomination d'un membre du comité de direction après de nombreux départs.
  • Bernard Bayot reconnaît que si ce n'est pas un problème au niveau du comité de direction, la politique de rémunération responsable peut freiner l'arrivée de certains talents.
  • NewB annonce un étoffement de son offre dès l'été avec une carte de paiement et des produits d'investissements histoire de séduire de nouveaux clients.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés