Publicité

La Suisse sur le point de clore le dossier UBS

D'ici le 26 août, Berne doit livrer le nom de près de 4.500 clients américains d'UBS soupçonnés d'évasion fiscale.

La Suisse s'apprête jeudi à clore un de ses plus épineux dossiers l'ayant forcé à écorner son sacro-saint secret bancaire, le scandale de la banque UBS aux Etats-Unis à qui Berne doit livrer avant le 26 août les noms de quelque 4.450 clients américains soupçonnés d'évasion fiscale.

Berne devrait laver son image en remplissant un contrat signé le 19 août 2009 avec Washington. Mais il n'en va pas de même pour UBS qui après son comportement "criminel" aux Etats-Unis aura encore du mal, selon les experts, à redorer son blason.

Alors que les autorités helvétiques se veulent discrètes, les journaux suisses assurent que la Confédération aura livré jeudi à Washington quelque 4.200 noms de clients américains sur les 4.450 prévus par l'accord signé il y a un an entre les deux capitales.

Quelque 200 ont pu être "sauvés" car pour eux aucune velleité de fraude n'a été trouvée, expliquait lundi le journal 24 heures.

La semaine dernière, Le Temps racontait que "fin juillet, 2.500 dossiers comprenant des relevés de compte ou des emails avaient été copiés sur des clés USB" et déjà envoyés sous scellés à Washington.

Le ministère suisse des Finances a confirmé à l'AFP les informations du "Temps", se gardant toutefois de commentaire sur une affaire décrite par le journal comme "la plus grande dénonciation en masse de clients d'une banque suisse à une autorité fiscale étrangère".

Pour Berne, le bout du tunnel semble donc proche après des mois de scandales provoqués par les agissements de la première banque de la Confédération aux Etats-Unis où elle est accusée d'avoir massivement démarché des clients pour les aider à frauder leur fisc (ISR).

L'affaire n'a pas été simple à régler. D'abord aux Etats-Unis où l'ISR, qui après avoir obtenu les noms de quelque 300 clients de la banque en février 2009, s'est mis à en réclamer 52.000.

Puis en Suisse, où l'accord d'août 2009 qui a ouvert une brêche dans le secret bancaire, a provoqué stupéfaction et colère parmi la population, fatiguée des déboires d'une institution déjà sauvée de la faillite par son gouvernement en raison des "subprime".

Le document signé à l'"amiable" a même été jugé illégal par la justice en février 2010 avant d'être sauvé in extremis par une ratification au parlement en juin.

Après le 26 août, les autorités helvétiques devraient ainsi pouvoir souffler, d'autant qu'elles ont accepté en mars de mettre fin à la distinction entre fraude et évasion fiscale, rendant plus ouverte la coopération avec d'autres Etats.

Mais pour UBS, l'affaire a laissé des traces. Plusieurs tentatives - une initiative parlementaire et une plainte d'actionnaires - sont en cours en Suisse pour tenter de faire payer l'ancienne direction de l'institution.

Surtout, la banque peine toujours à rétablir son image. Elle souffre de "problèmes de crédibilité générale" après une affaire qui "a montré à quel point elle avait agi comme une organisation criminelle avec une stratégie organisée d'aide aux fraudeurs", estime le député socialiste Roger Nordmann.

L'institution financière helvétique a cependant renoué avec le vert depuis trois trimestres et travaille dur pour reconquérir les milliers de clients perdus, pilotée par une nouvelle direction.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés