Publicité

La timide réouverture des agences bancaires

©BELGIAN_FREELANCE

Les agences bancaires laissent à nouveau entrer le client sans rendez-vous. Le conseil et la communication à distance, offerts pendant cette crise sanitaire, devraient rester dans les habitudes.

Fermées depuis la décision du lock down en mars 2020 et depuis lors accessibles uniquement sur rendez-vous, les agences bancaires laissent petit à petit à nouveau entrer les clients.

Depuis le 1er septembre, les agences KBC ont ainsi retrouvé leur horaire habituel d'ouverture. Viviane Huybrecht, porte-parole insiste toutefois sur le fait que 65% des employés sont physiquement présents dans l'agence bancaire, les 35% restants travaillent à domicile. "Parce que nous avons organisé nos agences selon le principe d’espaces sûrs dans le cadre de la Covid, nous travaillerons avec une présence physique limitée jusqu'à ce que le gouvernement maintienne cet arrangement."

Dès le 18 octobre, BNP Paribas Fortis rouvrira ses agences chaque matin de 9 à 12h30. Pour les après-midi et samedis matins, la prise de rendez-vous restera de mise. "Ce changement s'adresse à toutes les agences, sauf celles situées à Bruxelles", explique Valery Halloy, porte-parole. Situation sanitaire oblige, les sites bruxellois préservent ainsi encore le système de rendez-vous toute la journée. Ce mode d'ouverture restera d'application tant que la pandémie ne sera pas derrière nous.

Valery Halloy ajoute que la pérennisation de ce système nécessitera l'aval des partenaires sociaux de BNP Paribas Fortis.

Au sein de Belfius, les portes des grandes agences sont appelées à se rouvrir début novembre. "Nous encouragerons toutefois nos clients à nous prévenir afin que nous puissions garantir que les bons experts soient toujours présents pour les aider le plus rapidement possible", précise Ulrike Pommée, porte-parole.

ING Belgique entend, pour sa part, continuer à jouer la carte de la prudence. "Nous continuons à travailler sur rendez-vous. Et si cela devait changer, nous le ferons savoir à nos clients en concertation avec nos partenaires sociaux", explique Joëlle Neeb, porte-parole.

Le présentiel mais à distance

Quoi qu'il en soit, la pandémie aura mis en avant une évolution, certes forcée, dans les habitudes du relationnel entre banquiers et clients. Ces derniers affirment, en effet, être très satisfaits des nouveaux modes de communication à distance mis en place.

Les chats, les vidéos et même les visites sur rendez-vous ont été très prisés des clients leur évitant notamment les trajets.

"Nous allons continuer à développer ce conseil à distance afin de pouvoir offrir cette expérience positive à encore plus de clients", explique-t-on chez BNP Paribas Fortis. Ce discours est partagé par toutes les enseignes.

Le télétravail, la nouvelle norme

La réouverture progressive des agences ne signe pas un retour totalement à la normale dans le secteur bancaire. Au siège des différentes institutions, le télétravail va véritablement entrer dans l'organisation, même s'il était déjà toléré auparavant.

Chez Belfius, une convention collective de travail a été signée et entrera en vigueur ce 15 octobre. Elle prévoit le travail sur site 1 à 2 jour(s) par semaine pour un minimum de 100 jours par an.

Au sein de BNP Paribas Fortis, le télétravail 3 jours par semaine est d'application depuis le 6 septembre. L'actuelle CCT de la banque, qui n'a pas encore été modifiée, prévoyait déjà les 2 jours de télétravail. "Jusque-là, cette possibilité était peu utilisée." KBC prévoit dès le 1er novembre, la possibilité de télétravailler mensuellement 50% de son temps. Même politique chez ING où depuis le 1er mai la possibilité de télétravailler à 50% du temps depuis son domicile ou de tout autre lieu en Europe est offerte.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés