Lancement du premier fonds dédié à l’égalité des genres

Belfius va verser 10% des frais de gestion de son fonds WO=MEN au bénéfice de Boost, une initiative qui aide des jeunes filles à obtenir leur diplôme supérieur. ©Photo News

Belfius a sélectionné une soixantaine d'entreprises, dont six belges, pour intégrer ce nouveau fonds d'investissement thématique.

Belfius et son gestionnaire d’actifs Candriam lancent ce mardi le fonds Belfius Equities WO=MEN, son troisième "fonds du futur". Après la recherche contre le cancer, via le fonds Cure, et la lutte contre le réchauffement climatique, avec le fonds Climate, le bancassureur public embrasse aujourd'hui la thématique de l’égalité des genres.

"Aujourd'hui, 58% des diplômés de l'enseignement supérieur sont des femmes, mais elles ne sont que 24% à occuper un poste à responsabilité", constate Olivier Onclin, responsable retail & commercial bank de Belfius. "Pourtant, selon une étude du cabinet McKinsey, une entreprise où la diversité est cultivée s'avère plus rentable!", fait-il valoir.

58%
Quelque 58% des diplômés de l'enseignement supérieur sont des femmes, mais elles ne sont que 24% à occuper un poste à responsabilité dans le monde de l'entreprise.

Selon un autre rapport réalisé par le Boston Consulting Group, les managers féminines semblent également être plus efficaces quand il s'agit de lever des capitaux à risque.

Car si Belfius veut proposer à ses clients la possibilité de réaliser un investissement avec du sens, cela ne doit pas se faire au détriment du retour financier. Pour ce faire, elle se fonde sur les bons résultats engrangés par ses deux autres fonds du futur: Cure affiche ainsi une rentabilité de 13%, contre 10% pour Climate.

Score de diversité

Pour sélectionner les entreprises aptes à intégrer le compartiment, Belfius et Candriam se sont référés à Equileap, une agence spécialisée qui note les sociétés sur leur niveau de diversité à partir de 19 critères. Au total, Equileap a déjà évalué plus de 3.500 entités. Seules 150 d'entre elles dépassent le score de 50/100, soit le seuil à partir duquel Belfius a effectué son tri. Belfius elle-même est aussi passée au crible d'Equileap et a réalisé un score de 55, alors que la moyenne du secteur financier se situe à 36.

"Nous avons également inclus plusieurs critères d'exclusion, notamment sur des questions environnementales", explique Olivier Onclin. Exit donc les majors du tabac ou du pétrole. Des aspects sociaux et relatifs à la gouvernance ont également été pris en considération. Finalement, ce sont 60 entreprises qui trouvent leur place dans le fonds d'investissement, dont six firmes belges.

Pour rester totalement cohérent, le fonds est géré par une femme en la personne de Théany Bazet.

Afin de renforcer son impact sociétal, Belfius va verser quelque 10% des frais de gestion au bénéfice de Boost, une initiative de la Fondation Roi Baudouin qui aide des jeunes filles à obtenir leur diplôme supérieur.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés