Le CEO d'Ageas: "Nous restons confiants sur l'Asie"

Bart de Smet, CEO d'Ageas ©Photo News

Comme déjà annoncé, la baisse des bourses au 3e trimestre a pesé sur le portefeuille d’actions de l’assureur. Bart De Smet, le CEO d’Ageas, passe en revue les résultats de l’assureur après neuf mois.

Ageas a publié ce mercredi matin un bénéfice net de 129,8 millions d’euros pour le 3e trimestre de cette année, divisé par deux par rapport à la même période en 2014 (251,1 millions d’euros). Il y a deux semaines, le groupe avait déjà fait savoir qu’il allait devoir compter avec des dépréciations dans le portefeuille d’actions en Europe et en Asie au 3e trimestre et ce, pour 62 millions d’euros. "Un peu plus de la moitié vient de la correction des marchés en Asie", nous indique Bart De Smet ce mercredi.

Volatilité 

Ces dépréciations s’accompagnent aussi de moindres plus-values réalisées, inférieurs de quelque 70 millions d’euros par rapport au 3e trimestre 2014, où une plus-value immobilière avait porté les résultats. Tout cela a " affecté notre performance en vie et, par conséquent, le résultat net consolidé de l'assurance", résume Bart De Smet. Mais il ajoute:Hormis la volatilité due à des éléments exceptionnels marquant les deux trimestres écoulés, la performance financière du groupe pour les neuf mois reste solide. " Pour rappel, le second trimestre 2015 avait lui été boosté par des résultats d’investissement exceptionnels positifs enregistrés en Chine pour environ 100 millions d’euros.

©REUTERS

Sur neuf mois, le bénéfice net atteint 599 millions d’euros, plus que doublé par rapport aux 282 millions d’euros dégagés un an plus tôt. Le résultat net des activités d’assurances progressent de 6% à 613 millions d’euros, quand le compte général (où est logé l’héritage du passé Fortis) pèse beaucoup moins lourd que l’an dernier: il ne mange cette fois que 14 millions d’euros, contre 297 millions d’euros l’an dernier. Il y a un an, le groupe avait notamment pris une provision de 130 millions d’euros dans le cadre de la bataille judiciaire menée aux Pays-Bas par FortisEffect, une association d’anciens actionnaires de Fortis demandant réparation.

On épinglera le recul de 36% du bénéfice dégagé en Belgique en assurance vie sur neuf mois (à 182 millions d’euros), sous l’effet de moindres plus-values réalisées et de dépréciations sur le portefeuille d’actions. La tendance est inverse en Asie (Chine, Thaïlande, Malaisie, Inde, Hong Kong) où, malgré le faible 3e trimestre, le bénéfice net en vie progresse de 74% sur neuf mois, à 214,3 millions d’euros.

«Bien sûr, il faut pouvoir vivre avec les turbulences de la bourse de Shanghai, qui désormais influence l’économie globale, mais le potentiel en Asie reste le même »
Bart De Smet
CEO d'Ageas

" La croissance en Asie va rester bonne pendant plusieurs années " 

"Nous restons confiants sur l’Asie pour les prochaines années ", indique le CEO. " La croissance en Asie va rester bonne pendant plusieurs années. Nous sommes sur des marchés qui ne sont pas encore à maturité ". Bart De Smet rappelle ainsi que le taux de pénétration de l’assurance vie est de 1,5% en Chine, contre 4% environ pour la Belgique. "Bien sûr, il faut pouvoir vivre avec les turbulences de la bourse de Shanghai, qui désormais influence l’économie globale, mais le potentiel en Asie reste le même : la population a de plus en plus d’appétit pour ces produits d’assurance vie et est stimulée en ce sens par les autorités. "

Bart De Smet rappelle qu’en Chine, ce sont pour 75% des produits à primes récurrentes que le groupe vend. "Cela signifie par exemple que, sur base des 9,4 milliards d’euros encaissés en neuf mois cette année, nous pouvons d’ores et déjà compter sur un effet de portefeuille de quelque 6,6 milliards d’euros en 2016, hors production nouvelle". En Chine, Ageas est présent via Taiping Life, dont le groupe belge détient 24,9%. 

Recul en Belgique, hausse en Asie

©REUTERS

Sur neuf mois, les encaissements (part d’Ageas) progressent de 11% à 10,4 milliards d’euros. En Belgique, l’encaissement recule de 7% en assurance vie et est stable en non-vie. En Asie par contre, les encaissements progressent de 40% par rapport à la même période de 2014. Le ratio combiné pointe à 95,1%, en amélioration sensible (99,6% il y a un an). Les capitaux propres s’élèvent à 10,9 milliards d’euros ou 51,12 euros par action. Le ratio de solvabilité du groupe pointe à 231% (Solvabilité I) et la trésorerie nette à 1,4 milliard d’euros (contre 1,6 milliard un an plus tôt).

2,5 milliards d'euros de cash début 2016

Pour rappel, Ageas a vendu fin août sa filiale d'assurance-vie à Hong Kong au gestionnaire d'actifs chinois JD Capital pour 1,23 milliard d’euros, "incluant une plus-value de l’ordre de 450 millions d’euros", précise le CEO. "Lorsque cette opération sera finalisée, quelque part au cours du premier semestre 2016, on peut s’attendre à ce que notre position cash soit alors d’environ 2,5 milliards d’euros", situe Bart De Smet. Qu’en fera le groupe? "Nous ligne est que nous utilisons d’abord les moyens disponibles pour développer le business. Si les opportunités ne sont pas là, nous envisageons en utiliser une partie pour rembourser nos actionnaires ".

Développer le business, Ageas l’a fait cet été à plusieurs reprises. L’assureur a racheté les activités d’Axa au Portugal, un des ses marchés européens, puis signé pour une coentreprise au Vietnam début août, après avoir fait de même aux Philippines trois mois plus tôt. La prochaine étape devrait être l’Indonésie. "On y travaille mais ce n’est pas demain qu’on aura un deal à signer." 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés