Le consommateur belge s'habitue au virement européen

©ISOPIX

La version papier de l'ancien formulaire subsistera jusqu’à la fin de l’année. Aucun délai n’est fixé pour le virement électronique. Dans la majorité des banques, le client a encore le choix entre le virement national et l’européen.

Les nouveaux virements européens occupent de jour en jour une place plus importante dans notre quotidien. Fin juillet, 24,15 % des virements opérés en Belgique se faisaient via le nouveau bulletin rouge. C’est ce qui ressort des chiffres de la Banque nationale. En janvier dernier, cette proportion était de 16,7 %. Un pourcentage qui s’affiche bien au-delà des 8,1 % qui forment la moyenne européenne.

Ce type de virement avait été lancé en 2008 dans le cadre du Marché européen unique du paiement (Single Euro Payments Area ou SEPA). Un document qui doit permettre à terme d’effectuer un virement tant sur le sol national qu’au-delà des frontières.

La différence la plus marquante entre les deux formulaires, outre la couleur, réside dans l’utilisation du compte bancaire international (IBAN) qui est constitué du numéro de compte belge traditionnel à 12 chiffres allongé de deux lettres définissant le pays (BE) et de deux chiffres de contrôle.

La Belgique est une grande utilisatrice des paiements par virement. Chaque année, les banques traitent ainsi quelque 950 millions de virements.

Quant à la progression du recours aux virements européens, elle est, selon la BNB, attribuable principalement au choix du consommateur. "Le consommateur reçoit simplement de plus en plus ce nouveau formulaire", indique-t-on à la BNB.

Les banques ont en effet joué un rôle en facilitant l’utilisation de ce formulaire lors des opérations par "pc banking". Les numéros de comptes "nationaux" sont ainsi automatiquement transformés en code IBAN.

Mais tout n’est pas si rose. Les grands facturiers (grands comptes) sont, eux, encore nombreux à ne pas avoir fait le pas vers le virement européen. En cause, une infrastructure qui n’a pas encore été adaptée.   Les autorités et les grands facturiers en "utilities" et télécommunications ont eux déjà franchi le pas.

Timing

En Belgique, l’intention est d’arriver à terme à la disparition totale du formulaire orangé. La version papier subsistera jusqu’à la fin de l’année. Aucun délai n’est fixé pour le virement électronique. Dans la majorité des banques, le client a encore le choix entre le virement national et l’européen.

Néanmoins, la Commission européenne devrait cet automne proposer de fixer une date ultime pour le basculement vers le virement européen et les domiciliations européennes. Elle plaidait auparavant pour 2012. L

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés