Le ministre néerlandais des Finances veut empêcher le CEO d'ING d'augmenter son salaire

©ANP

Mesures légales ou extra-légales, tout est bon afin d'empêcher l'augmentation de 50% du salaire du patron d'ING...

L'annonce de l'augmentation salariale de 50% du patron d'ING, Ralph Hamers, la semaine dernière passe mal auprès des parlementaires néerlandais, et en particulier auprès du ministre des Finances du pays, Wopke Hoekstra. 

Ce dernier cherche en effet des mesures "légales ou extra-légales" pour empêcher l'augmentation salariale du patron de la banque.

"ING n'est pas une biscuiterie mais une institution financière. Cela mine la confiance dans les banques en général et dans ING en particulier."
Wopke Hoekstra
ministre néerlandais des Finances

"ING n'est pas une biscuiterie mais une institution financière. Cela mine la confiance dans les banques en général et dans ING en particulier", a déclaré le ministre lors de son arrivée à la réunion de l'Eurogroupe à Bruxelles ce lundi.

Ralph Hamers, le CEO du groupe ING. ©BELGA

La semaine dernière, c'était Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, qui avait fustigé cette augmentation salariale. "Les banques ne sont pas des entreprises comme les autres" mais "sont en fait des espèces d'institutions semi-publiques" et "n'ont de ce fait pas la même liberté que les autres entreprises pour déterminer la rémunération de leurs hauts dirigeants", avait-il déclaré vendredi.

Concrètement, Ralph Hamers devrait voir son salaire passer de deux à trois millions d'euros. "Les administrateurs de la banque veulent gonfler les rétributions du CEO, non-conformes au marché selon eux, depuis plusieurs années", avait expliqué le président d'ING Jeroen Van der Veer.

3 millions €
salaire
Le CEO d'ING Group Ralph Hamers voit son salaire revalorisé de quelque 50% pour atteindre les trois millions d'euros.

Les parlementaires s'étaient déchaînés la semaine dernière suite à cette annonce jugée "scandaleuse" par le parti d'opposition PVV. Les Verts avaient, eux, dénoncé "une arrogance choquante".

Ralph Hamers avait annoncé en octobre 2016 une importante réorganisation au sein de son groupe bancaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content