Le monde bancaire s'engage pour la planète

KBC fait partie des banques belges signataires d'une charte de principes pour des services bancaires responsables. ©Tim Dirven

Des dizaines d’institutions financières partout dans le monde s’engagent à respecter six principes pour des services bancaires responsables. Les dirigeants des banques assurent de leur bonne foi et promettent qu’il ne s’agit pas uniquement d’une opération de greenwashing.

Pas moins de 130 banques ont signé lundi en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies une charte de principes pour des services bancaires responsables. Ceux-ci sont au nombre de six :

  1. un alignement de la stratégie sur les objectifs sociétaux tels qu’exprimés dans l’accord de Paris et les Objectifs de développement durable, notamment;
  2. une amélioration de l’impact des activités bancaires sur la société et l’environnement;
  3. un travail responsable avec les clients et les consommateurs;
  4. une consultation proactive des parties prenantes;
  5. une gouvernance et une culture d’entreprise responsables;
  6. de la transparence et un examen de l’application de ces principes.

Plusieurs géants de la finance font partie des signataires (Barclays, Santander, Société Générale, Citi, entre autres), ainsi que quelques banques belges. Triodos Bank a contribué à l’élaboration de ces principes. Pour Kees Vendrik, économiste en chef du groupe, il s’agit plus que d’une simple déclaration de bonnes intentions. "C’est un grand pas en avant, toute la finance sera touchée par ces principes", estime-t-il. "Il ne serait pas sage d’adopter cette charte et de ne pas la respecter."

Les banques belges aussi impliquées

ING, KBC et BNP Paribas Fortis ont également approuvé la charte. ING explique que sa politique Environmental and Social Risk et ses engagements Terra sont dans la prolongation des principes. KBC indique aussi que ceux-ci "reflètent les grandes lignes de la stratégie et la vision durable comme développées et pratiquées par KBC depuis plusieurs années déjà", et souligne que son adoption par de grandes banques internationales va contribuer à un effet de levier.

BNP Paribas Fortis de son côté se réjouit du fait que "les banques, dont BNPP(F), s'engageront à rendre compte publiquement de leurs impacts sociaux, environnementaux et économiques." Contactée vendredi dernier, Belfius indiquait qu’il est "fort probable" que le bancassureur public signe également la charte.

Pas de sanctions légales

Thomas Van Craen, CEO de Triodos Bank Belgium. ©Triodos

La charte se veut contraignante et les signataires devront publiquement rendre des comptes, mais elle ne comporte pas de sanctions légales en cas de contravention. Pour Thomas Van Craen, directeur de Triodos Bank Belgium, les banques ne pourront néanmoins pas se permettre de fouler l’essence du texte aux pieds. "Dans ce cas, leur réputation sera clairement affectée. Il y a aussi une question existentielle: veut-on aller contre l’environnement ?" s’interroge-t-il ? "Ce serait un risque stratégique. Les clients sont suffisamment conscients des enjeux."

La cérémonie de lancement des principes aura lieu lundi à New York en présence de 45 CEO de banques et du secrétaire général de l’Onu Antonio Guterres. Les institutions et entreprises qui souhaitent épouser ces engagements peuvent toujours le faire en contactant les Nations Unies.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect