Le patron d'AXA s'en va. Pour HSBC?

Henri de Castries, le CEO d'Axa ©REUTERS

A partir du premier septembre prochain, le PDG Henri de Castries va quitter ses fonctions au sein du bancassureur. Il a indiqué dans une lettre aux salariés qu'il jugeait "naturel qu'une nouvelle équipe lance et porte le nouveau plan stratégique". Ce plan sera présenté au mois de juin.

Axa perd son PDG Henri de Castries. Il a décidé de quitter ses fonctions et de renoncer à son mandat d'administrateur le 1er septembre 2016. Le conseil d'administration du groupe a décidé à l'unanimité de séparer les fonctions de président et de directeur général et de nommer à compter du 1er septembre Denis Duverne en qualité de président non-exécutif du conseil et Thomas Buberl au poste de directeur général, a ajouté l'assureur français dans un communiqué.

Dans une lettre aux salariés, Henri de Castries a jugé "naturel qu'une nouvelle équipe lance et porte le nouveau plan stratégique" qui doit être présenté le 21 juin.

Thomas Buberl, qui est nommé dans un premier temps directeur général adjoint d'Axa, était jusqu'ici président du directoire d'Axa Allemagne, directeur général des lignes de métier globales Vie, Epargne et Santé, et membre du comité de direction.

De Castries président de HSBC? Non, selon le principal intéressé

PDG d'Axa depuis 2010, Henri de Castries a expliqué dans une lettre à ses collaborateurs que son choix avait été "mûrement réfléchi" et qu'il considérait que le groupe, "qui n'a jamais été aussi en forme", se trouvait "au meilleur moment" pour un passage de témoin. Avant de devenir PDG, Henri de Castries a été de 2000 à 2010 président du directoire d'Axa, où il a passé au total 27 ans.

En novembre 2015, il a été nommé à compter de mars 2016 administrateur non exécutif de HSBC, principale banque européenne basée à Londres et très active sur les marchés asiatiques. Selon le journal dominical britannique Sunday Times, Henri de Castries est favori pour succéder à l'actuel président du géant bancaire britannique, Douglas Flint.

Quelques heures après que la rumeur d'une arrivée à la tête de HSBC ait fait le tour de la terre, Henri de Castries a formellement nié se porter actuellement candidat à la présidence de la banque britannique, confirmant uniquement sa fonction d'administrateur. "J'ai vu des choses ce matin écrites sur HSBC: oui, je rentre sur le conseil d'administration d'HSBC pour être administrateur. Pour le reste, il ne faut pas transformer une coïncidence de date en événement. Il n'y a aucun lien entre le fait que j'annonce aujourd'hui mon départ d'Axa et le fait que par ailleurs, HSBC ait entamé un processus de renouvellement de son équipe dirigeante", a déclaré le dirigeant sortant lors d'une conférence de presse.

"Je vais me poser un tout petit peu pour réfléchir"

"Ce n'est ni le jour, ni l'heure" d'évoquer une possible candidature à la direction d'HSBC, a martelé M. de Castries, relancé à plusieurs reprises sur l'information relayée par le Sunday Times. "J'ai des intérêts intellectuels, j'ai un certain nombre de responsabilités en dehors d'Axa, je vais me poser un tout petit peu pour réfléchir sur ce que j'ai envie de faire et à la manière dont je vais réorganiser ma vie", a-t-il ajouté.

Interrogé sur de possibles velléités de carrière politique, Henri de Castries a confirmé avoir "un intérêt pour les débats d'idées" mais estimé qu'il y avait "d'autres moyens de porter des idées et d'alimenter des débats que la politique", précisant qu'il comptait "bien s'investir" dans les prochains mois dans l'Institut Montaigne, groupe de réflexion dont il est président depuis juin 2015.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés