ING Belgique constitue 338 millions d'euros de provisions supplémentaires

©BELGA

L'entité belge d'ING enregistre au deuxième trimestre des résultats plombés par la crise du Covid-19, les coûts liés à la prévention du blanchiment et l'environnement de taux planchers.

Qualifiant les six premiers mois de l'année d'"historique", ING Belgique enregistre un triplement des coûts du risque au cours de cette période. Elle rapporte un résultat sous-jacent avant impôts de 26 millions d'euros au premier semestre, et de 69 millions d'euros si l'on ne tient pas compte d'un amortissement de 43 millions d'euros. L'année passée, ce même indicateur atteignait 435 millions d'euros.

"Il est clair aujourd'hui qu'en raison de l'impact de la crise, certains rencontrent des difficultés à rembourser leurs dettes et emprunts."
Hans De Munck
CFO

"Cette forte diminution provient des coûts du risque plus élevés qui découlent du contexte économique actuel rendant difficile pour les entreprises de respecter leurs obligations financières", explique dans un communiqué de presse Hans De Munck, CFO de la banque. Celle-ci a ainsi constitué des réserves supplémentaires pour un montant de 338 millions d'euros.

"ING Belgique a aujourd'hui plus de 50 milliards d'euros de crédits en cours auprès d’entreprises et d’entrepreneurs. Il est clair aujourd'hui qu'en raison de l'impact de la crise, certains rencontrent des difficultés à rembourser leurs dettes et emprunts. Ces difficultés se reflètent dès lors aussi dans les résultats financiers", argumente Hans De Munck.

7
milliards d'euros
ING a accordé quelque 7 milliards d'euros de nouveaux prêts à ses clients au cours du premier semestre

Les revenus, que ce soit en termes d'intérêts ou de commissions, ont pourtant légèrement augmenté, fait valoir ING Belgique, ce qui a engendré un meilleur résultat commercial.

En termes de crédits, ING a accordé quelque 7 milliards d'euros de nouveaux prêts à ses clients au cours du premier semestre, portant son portefeuille de crédits à 107,2 milliards d'euros.

"Malgré le fait que la crise du coronavirus n'a pas épargné non plus la banque, nous restons en bonne santé, solides et remplis d'espoir pour le futur", conclut le CEO en partance de la banque Erik Van den Eynden.

Au niveau du groupe, ING a enregistré un bénéfice net de 299 millions d'euros au deuxième trimestre, soit une baisse de 79,2% par rapport à la même période l'année passée.

Des provisions

L'entreprise indique réaliser des provisions pour un montant de 1,3 milliard d'euros afin de se couvrir face aux risques de défaut de crédit.

Une somme faramineuse que la banque amstellodamoise justifie par "plusieurs gros dossiers" aux Pays-Bas, en Allemagne en Asie et en Amérique. Elle ne mentionne pas les entreprises, mais ING serait particulièrement exposée à la déchéance de Wirecard, la fintech allemande tombée en faillite en juin.

"La pandémie de Covid-19 continue de lourdement frapper les économies où nous sommes actifs et notre manière de mener nos affaires au deuxième trimestre", commente dans un communiqué de presse le nouveau CEO du groupe Steven van Rijswijk.

Le patron n'en demeure pas moins optimiste, soulignant de revenus d'intérêt malgré la pandémie et des rentrées satisfaisantes en termes d'investissements. "J'ai confiance dans la force d'ING en ces temps difficiles et je crois que notre orientation stratégique est la bonne pour nous conduire vers l'avenir."

Conformément à la demande de la BCE, le groupe indique qu'il ne versera pas de dividende avant l'année prochaine au plus tôt.

Le ROE belge au plancher

Si ING indique que le nombre total de ses effectifs à progressé de 320 équivalent temps plein au cours du deuxième trimestre pour atteindre les 55.772 ETP, il précise que son nombre de collaborateurs a baissé dans la banque de détail du Benelux, particulièrement en Belgique.

En Belgique, le segment retail voit par ailleurs son résultat avant impôts tomber à 56 millions d'euros, alors qu'il atteignait 295 millions d'euros au T2 de l'année passée. La rentabilité des fonds propres (Return on equity - ROE) chute ainsi à 1,9%, alors que la banque de détail néerlandaise affiche toujours 22,6%.

ING Belgique communiquera ses résultats spécifiques vers 9h30.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés