Le robinet du crédit fermé pour les promoteurs immobiliers?

©KRISTOF VAN ACCOM

Les professionnels de l'immobilier se plaignent d'une hausse de prix de leurs emprunts. De son côté, ING confirme avoir restreint l'accès au crédit.

Depuis quelques semaines, les fédérations professionnelles du secteur immobilier sont alertées pas leurs affiliés de toute taille: les banques font payer plus cher les lignes de crédit contractées par les entreprises en manque de liquidités après des mois de mise en veilleuse de leurs activités.

"Ces banques oublient leur mission première en exigeant le beurre et l'argent du beurre..."
Olivier Carrette
Administrateur de l'Union Professionnelle du Secteur Immobilier (UPSI)

"C'est à n'y rien comprendre...", soupire Olivier Carrette. "Le secteur est déjà fragilisé, il a cruellement besoin d'un plan de relance du gouvernement qui ne vient pas... et les banquiers en remettent une couche en faisant payer l'argent plus cher. Alors que la Banque centrale européenne (BCE) multiplie les lignes de crédit pour relancer l'économie, certains intermédiaires abusent clairement de la situation actuelle, vu la demande urgente de cash de certains. Ajoutez-y les taux d'intérêt octroyés aux particuliers sur les prêts hypothécaires qui repartent à la hausse et on ne peut qu'en conclure que ces banques oublient leur mission première en exigeant le beurre et l'argent du beurre...", peste-t-il.

"Nous espérons qu'il ne s'agit que d'un hasard"

De son côté, Robert de Mûelenaere, son alter ego de la Confédération Construction, ne peut qu'acquiescer, lui aussi alerté par ses membres. Sans nommément vouloir les citer, ils pointent deux enseignes dont le nom revient régulièrement, chez les petits comme les gros clients.

"Le gouvernement a mis des mesures en place avec les banques afin d'aider les indépendants en termes de liquidités et de solvabilité", déclare pour sa part Christine Mattheeuws, présidente du SNI. "Sur le terrain, nous constatons que c'est différent. Nous allons nous entretenir avec les autorités et Febelfin à ce sujet en espérant qu'il ne s'agit que d'un hasard qui sera rapidement rectifié."

Dans l'entretien qu'il nous a accordé pour expliquer son départ d'ING, Erik Van den Eynden, le CEO sortant, confirmait que la banque orange se montrait actuellement relativement prudente en matière d'octroi de crédits. ING Belgique motive par son souci de gérer soigneusement les risques financiers en matière de production de crédits via une analyse correcte. Officiellement, la banque n'a pas fermé le robinet et sa politique actuelle est dictée par la prudence due aux circonstances exceptionnelles. Mais, une source interne active en ‘real estate’ nous confirme que l’activité de crédits à la promotion immobilière est à l’arrêt. "Le mot d’ordre aux chargés de relations est de ne pas prendre de nouveaux projets, car l’encours crédits ne diminue pas suffisamment."

Contacté par nos soins, BNP Paribas Fortis n'a pas souhaité réagir. KBC et Belfius se contentent d'expliquer que les analyses se font dossier par dossier, mais qu'elles n'appliquent aucun traitement spécifique à un secteur en particulier.

404 Not Found

Not Found

Cannot serve request to /content/echo/fr/mme-articles/10/23/63/53/10236353/_jcr_content/article/content/paragraphs/insetbox_11.ssi.html on this server


Apache Sling

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés