Les anciens de Lehman Brothers fêtent les 10 ans de la crise

©AFP

D'anciens banquiers de Lehman Brothers ont organisé des retrouvailles, dix ans après la faillite de la banque d'investissement. Mais ce moment symbolique de la crise financière de 2008 mérite-t-il réellement une réunion d'ex-collègues?

C'est un anniversaire dont on se passerait bien. Il y a dix ans éclatait la plus grave crise financière depuis la Grande Dépression. Au coeur du krash: la faillite de Lehman Brothers, emportée par les subprimes dont ses banquiers abusaient. Ces mêmes banquiers ont pourtant prévu de fêter ce triste anniversaire le mois prochain. 

Le site britannique Financial News a mis la main sur un email adressé aux "frères et soeurs de Lehman". Pour ces anciens employés, "il est difficile de croire que dix ans sont passés depuis [leurs] derniers jours à Lehman". Alors il faut marquer l'événement et "rassembler tout le monde encore une fois, de l'ancien manager à l'ancien analyste". Au total, quelque 210 personnes sont attendues le 15 septembre à Londres. D'autres événements sont prévus à New York et Hong Kong.

"C'est particulièrement honteux compte tenu de tous ces gens qui ont perdu leur emploi et leur maison afin de sauver ces banquiers qui ont causé le krach financier."
John McDonnell
Député travailliste britannique

Les lieux précis de ces festivités restent bien sûr secrets: les organisateurs sont conscients du tollé que peut provoquer de telles retrouvailles en haute société, même s'ils évoquent une simple réunion d'anciens collègues. Alistair Darling, qui était Chancelier de l'Echiquier il y a dix ans, défend lui-aussi l’événement: "Franchement, aujoud'hui, que quelques personnes prennent un verre de vin est le dernier de nos problèmes."

Mais un verre de vin suffira-t-il pour oublier les dix années passées? La faillite de ce qui était en 2008 la quatrième plus grosse banque américaine a précipité les marchés dans la panique et provoqué un gel complet des flux financiers. Si le système bancaire ne s'est pas totalement effondré, c'est grâce aux Etats qui ont renfloué les banques. Et donc grâce à l'argent du contribuable, première victime des années d’austérité qui ont suivi.

De quoi rendre cette fête des anciens "écoeurante" aux yeux de John McDonnell, responsable des questions financières au Parti travailliste britannique: "C'est particulièrement honteux compte tenu de tous ces gens qui ont perdu leur emploi et leur maison afin de sauver ces banquiers qui ont causé le krach financier."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect