Publicité

Les banques belges supérieures à la moyenne européenne au stress test

©Photo News

Les résultats du stress test des banques européennes sont tombés. Les banques britanniques et allemandes seraient celles qui souffriraient le plus en cas de coup de froid sur l'économie. De leur côté, les banques belges démontrent une amélioration constante.

L'Autorité bancaire européenne (ABE) vient de publier les résultats de ses tests de résistance. Et ce sont les banques allemandes et britanniques, ce qui constitue une surprise pour ces dernières, qui souffriraient le plus en cas de coup de froid sur l'économie.

L'Autorité a classé les banques en fonction des pertes qu'elles essuieraient sur leurs fonds propres "durs", une mesure qui permet de déterminer si une banque pourrait continuer d'assurer son rôle de prêteuse si les conditions se tendaient comme à l'époque de la crise financière il y a dix ans.

Parmi les établissements les moins bien classés par ces tests européens figurent notamment trois grandes banques britanniques, Lloyds Banking Group, Barclays et Royal Bank of Scotland (RBS), ainsi que Deutsche Bank et d'autres banques allemandes régionales. 

Les scénarios noirs utilisés par l'ABE ont d'ailleurs intégré l'hypothèse d'un Brexit chaotique, qui frapperait particulièrement les banques du Royaume-Uni. Dans l'hypothèse pessimiste retenue par l'ABE, la banque Barclays se retrouverait avec seulement 6,37% de fonds propres "durs" en 2020, soit en dessous du seuil fixé par les régulateurs pour une banque dite "systémique" comme elle. Ses compatriotes Lloyds Banking Group, RBS et même HSBC perdraient aussi une tranche importante de leurs fonds propres.

En Allemagne, c'est Deutsche Bank souffrirait particulièrement et ses fonds propres "durs" fonderaient à 8,14% en 2020, d'après l'ABE. D'importantes banques régionales du pays, comme Landesbank Hessen-Thüringen, Bayerische Landesbank et Norddeutsche Landesbank verraient aussi leurs capacités de résistance sérieusement éprouvée.

Quid des banques belges?

Les banques belges KBC et Belfius affichent des performances largement supérieures à la moyenne européenne et démontrent l’amélioration constante de leur capacité de résistance. KBC et Belfius font état d’une augmentation du ratio de fonds propres CET1. Belfius se retrouverait avec 13,2% de fonds propres en 2020 dans me scénario défavorable, et KBC avec 13,6% de fonds propres, soit bien au-dessus du ratio de fonds propre moyen (9,9%).

"L’on peut en conclure que les résultats des tests de résistance pour KBC et Belfius démontrent l’amélioration constante de leur capacité de résistance", déclare la Banque nationale belge.

"L’on peut en conclure que les résultats des tests de résistance pour KBC et Belfius démontrent l’amélioration constante de leur capacité de résistance."
Banque nationale belge

Des résultats qu'a immédiatement salué le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt. "Des banques résilientes sont une absolue nécessité pour la croissance et l'emploi dans notre économie", souligne Johan Van Overtveldt. Mais pour le ministre des Finances, il n'est pas question de se reposer sur ses lauriers. "Les nombreuses incertitudes au niveau international exigent une attention constante à l'égard des nouveaux risques potentiels. Les résultats de ces nouveaux stress tests montrent d'ailleurs clairement que dans une perspective européenne il y a encore du pain sur la planche."

Des banques plus résistantes

La BCE, qui précise qu'en moyenne le ratio CET1 ressort à 9,9% dans le scénario extrême (contre 8,8% en 2016), dit que les résultats de ce nouvel exercice montrent que les banques de la zone euro sont plus résistantes aux chocs financiers"Les banques ont constitué des coussins de fonds propres élevés et ont fait des efforts pour faire face aux actifs risqués", a ajouté la Banque centrale européenne.

En effet, toutes les banques européennes ont respecté l'objectif de ratio CET1 de 5,5% dans le scénario extrême.

"Les banques ont constitué des coussins de fonds propres élevés et ont fait des efforts pour faire face aux actifs risqués."
Banque centrale européenne

De façon générale, l'ABE souligne toutefois que les banques européennes ont des finances nettement plus solides qu'il y a quelques années. "Le résultat des tests de résistance montre que les efforts des banques pour solidifier leur base capitalistique ces dernières années ont renforcé leur capacité à résister à des chocs importants", a commenté Mario Quagliariello, le directeur des analyses et statistiques économiques à l'ABE. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés