Publicité

Les bénéfices de Degroof Petercam divisés par deux après une année catastrophique

Bruno Colmant s'est vu confier la lourde tâche de remettre en ordre tous les mécanismes de contrôle interne. Sa promotion au poste de CEO lui a permis de bénéficier d’une hausse de salaire équivalant à 0,25% du bénéfice d’exploitation. ©Kristof Vadino

Des frais supplémentaires liés à de nouveaux contrôles anti-blanchiment et des investissements en informatique ont lourdement pesé sur les résultats 2019 de la banque patrimoniale bruxelloise. Et Degroof Petercam s’attend à ce que la crise du coronavirus laisse des traces profondes sur ses résultats au cours des mois à venir.

L’an dernier, Degroof Petercam, un des principaux gestionnaires de patrimoine belges, s’est retrouvé sous forte pression suite à des critiques cinglantes sur son laxisme en matière de contrôle anti-blanchiment. La Banque nationale de Belgique (BNB) a obligé la banque à mettre sur pied un plan d’action suite à la mise en évidence, au cours d’un audit, de lacunes importantes en matière de mesures anti-blanchiment. Des milliers de comptes ont dû être recontrôlés.

Le patron de la banque, Philippe Masset, a démissionné, officiellement pour divergences de vues au sein du conseil d’administration. Depuis son départ, la banque est dirigée par Bruno Colmant qui, en tant qu’administrateur et responsable du service d’études, s’est vu confier la lourde tâche de remettre dès que possible en ordre de marche tous les mécanismes de contrôle interne. Sa promotion au poste de CEO a permis à Colmant de bénéficier d’une hausse de salaire équivalant à 0,25% du bénéfice d’exploitation brut du groupe, c’est-à-dire 211.000 euros.

Impact commercial

Les frais supplémentaires provoqués par ce mouvement de rattrapage forcé ont lourdement pesé sur les résultats, peut-on lire dans le rapport annuel de la banque. Degroof Petercam a vu son bénéfice net s’effondrer de plus de 64% en 2019, pour se situer à 20,2 millions d’euros. Ce recul s’explique en grande partie par la forte hausse des dépenses pour l’armée de consultants que Degroof Petercam a dû recruter pour remettre en ordre les systèmes de contrôle interne. De plus, la banque est en train d’installer un nouveau système informatique central, ce qui exige également d’importants investissements.

- 64%
bénéfice net
Degroof Petercam a vu son bénéfice net s’effondrer de plus de 64% en 2019, pour se situer à 20,2 millions d’euros.

L’impact commercial de toute cette agitation autour du dossier de blanchiment d’argent est resté relativement limité. Dans la division Banque Privée, qui fournit des services aux particuliers fortunés, les flux entrants de nouveaux clients affichent cependant une légère baisse. Mais la division Fonds et le département qui propose des services de garde aux grands investisseurs se sont bien comportés. En conséquence, Degroof Petercam gère aujourd’hui 74,7 milliards d’euros d’actifs de clients, soit près de 20% de plus qu’un an plus tôt.

Pour l’instant, Degroof Petercam n’a encore rien provisionné pour les retombées financières du dossier anti-blanchiment. Mais le groupe ne l’exclut pas totalement pour le futur. Si, après révision d’un dossier, la banque décide qu’elle ne peut plus accepter certains moyens financiers d’un client, il est possible que le client en question ne soit plus en mesure de rembourser ses crédits. Degroof Petercam n’exclut pas non plus que d’autres enquêtes, plaintes et litiges suivent.

Corona

Degroof Petercam ne fournit aucune estimation concrète de l’impact de la crise du coronavirus. Mais les choses seront loin d’être faciles dans les mois à venir. "Le chiffre d’affaires et la rentabilité des principaux métiers devraient être fortement impactés", peut-on entendre.

La banque ne distribuera pas de dividende pour l'exercice 2019, mais bien des parts bénéficiaires pour 6,5 millions d'euros à "d'autres ayants droit".

Avec la décision de ne pas distribuer de dividende pour l’exercice 2019, la banque montre qu’elle a entendu l’appel de la BNB, qui exhorte les banques à se montrer économes pendant la crise du coronavirus. Mais Degroof Petercam distribue cependant 6,5 millions d’euros de parts bénéficiaires. Les destinataires – actionnaires? managers? personnel? – ne sont pas spécifiés. Le groupe se contente de citer d’"autres ayants droit".

Actuellement, Degroof Petercam accueille de nouveaux noms au conseil d’administration. Le groupe a nommé Gaëtan Waucquez, le patron actuel du holding Floridienne, en tant qu’administrateur.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés