Les Cajas espagnoles en quête d'investisseurs

Jorge Jil Lozano, le directeur général de la Confédération des Cajas, doit encore faire escale à Francfort et Munich.

Contraintes de se recapitaliser, les caisses d’épargne font la tournée des investisseurs en Europe.

Cajas cherchent investisseurs étrangers... Après Londres et Paris en début de semaine, les représentants de la Confédération des caisses d’épargne espagnoles (CECA) ont fait escale hier à Bruxelles pour tenter de séduire des investisseurs à même de renflouer les établissements. Prochaines étapes, Francfort et Munich.

En difficulté depuis plusieurs mois, le secteur des Cajas, engagé dans un vaste mouvement de concentration, est contraint de se recapitaliser sous la pression des régulateurs. Les banques régionales espagnoles sont ressorties comme les grandes perdantes des tests de résistance menés sur 91 banques en Europe. 4 des 5 Cajas épinglées vont devoir trouver un peu moins de 2 milliards d’euros pour renforcer leurs fonds propres, a expliqué Jorge Gil Lozano, le directeur général de la CECA. La banque Cajasur, qui fait partie des recalés aux tests, n’est pas comptée dans les banques en quête d’argent frais, a précisé la CECA. En quasi-faillite, Cajasur a été reprise le 14 juillet par son homologue basque BBK.

"Le processus commence dès maintenant. Septembre sera le temps de l’action", a déclaré Jorge Lozano. Selon lui, l’opération de recapitalisation devrait s’étaler jusqu’à la fin de l’année. Les caisses d’épargne concernées souhaitent faire appel au marché mais pourrait aussi solliciter le fonds de restructuration bancaire espagnol, baptisé FROB (Fund for Orderly Bank Restructuring). Il a déjà injecté près de 11 milliards d’euros dans les caisses d’épargne depuis sa création en juin 2009.

Une nouvelle législation permet aux caisses d’épargne espagnoles d’ouvrir leur capital au secteur privé à hauteur de 50%. Banca Civica, l’un des quatre groupements de caisses à être contraints d’augmenter leurs fonds propres à l’issue des stress tests, a indiqué le week-end dernier que le fonds américain JC Flowers devrait souscrire une émission d’obligations convertibles en actions pour 450 millions d’euros.

Concentration

Les banques espagnoles sont sorties sans trop d’encombres de la crise des subprimes, la législation du pays limitant la possibilité de réaliser les investissements les plus risqués. Mais de nombreuses banques régionales ont été frappées de plein fouet par l’éclatement de la bulle immobilière des dernières années qu’elles avaient contribué à alimenter. De nombreuses Cajas sont confrontées à de graves difficultés, avec des réseaux d’agences surdimensionnés et plusieurs dizaines de milliards d’euros d’impayés. Sous l’effet de la crise, l’Espagne a lancé un processus de restructuration en poussant à la concentration des caisses d’épargne dont le nombre est passé de 45 à 18.

Krystèle Tachdjian

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés