Les syndicats craignent des coupes chez ING et dans tout le secteur

Les rumeurs de restructuration se poursuivent chez ING. ©REUTERS

Le SETCa craint qu'ING Belgique n'annonce un plan d'économies le mois prochain. Les syndicats s'inquiètent pour tout le secteur financier.

Le SETCa-BBTK va interpeller la direction d'ING Belgique au sujet de possibles mesures d'économie lors du prochain conseil d'entreprise. Le syndicat socialiste en a informé ses membres par mail en ce début de semaine. Selon celui-ci, l'entreprise s'apprête à faire des annonces relatives à des réductions de coûts qui seraient appliquées pas plus tard qu'au mois de juin prochain.

Des bruits de couloir font état de cette éventualité depuis quelques semaines, mais la banque n'a encore rien laissé transparaître de ses intentions. Deux éléments tendent cependant à appuyer les préoccupations des syndicats.

"Le confinement était la situation idéale pour tester le fonctionnement à distance des banques, et cela aura des répercussions à tous les niveaux."
Merten Dedeyne
CGSLB

D'abord, ING Belgique a enregistré un résultat net négatif de 63 millions d'euros au cours du premier trimestre de cette année. Les perspectives pour le reste de l'année sont également fort sombres, la banque orange anticipant des pertes de crédit.

Ensuite, la période de confinement a prouvé aux banques qu'elles pouvaient parfaitement opérer en ayant un recours minimum aux agences. "ING a fermé la moitié de ses agences statutaires pendant cette période, et celles-ci n'ont toujours pas réouvert, explique Marten Dedeyne de la CGSLB. C'était la situation idéale pour tester le fonctionnement à distance des banques, et cela aura des répercussions à tous les niveaux."

En 2016, ING Belgique avait annoncé un important plan de restructuration qui doit aboutir d'ici 2021 à la suppression d'un emploi sur trois et d'une agence sur deux. Celui-ci arrivant à terme, un nouveau plan pourrait être dans le pipeline... "Je ne m'attends pas à une grosse annonce, ce n'est jamais bon pour l'image et cela effraie les clients", commente Philippe Samek de la CNE.

Craintes pour tout le secteur

"Nos préoccupations concernent tout le secteur bancaire, mais également d'autres comme celui des assurances."
Philippe Samek
CNE

Cela étant, il semble certain que le réseau d'agences va encore s'amenuiser au cours des prochains mois. "Les dernières semaines ont prouvé que l'on pouvait se passer du cash et travailler à distance ou sur rendez-vous", constate Philippe Samek.

ING Belgique a réagi en indiquant qu'une telle annonce n'est pas à l'ordre du jour, mais dit comprendre les inquiétudes des travailleurs en cette période de crise économique.

Les organisations syndicales se montrent prudentes dans l'attente d'une communication officielle de l'entreprise, mais leurs craintes ne s'arrêtent pas à la seule enseigne orange. KBC est également tombé dans le rouge au premier trimestre et les prévisions ne sont pas au beau fixe.

"Nos préoccupations concernent tout le secteur bancaire, mais également d'autres comme celui des assurances, concède Philippe Samek. Nous nous attendons à ce que certaines entreprises bougent au cours des prochaines semaines."

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés