Modrikamen s'interroge sur des flux financiers de BNP Paribas Fortis vers Paris

Mischaël Modrikamen ©BELGA

L'avocat a interpellé les directions de BNP Paribas et de sa filiale belge concernant des transferts depuis Bruxelles vers Paris. Selon ses sources, il est question de plusieurs centaines de millions d'euros par an.

La semaine passée, l'avocat Mischaël Modrikamen, qui représente quelque 1.000 petits porteurs de feu Fortis, annonçait déposer une requête devant le juge des saisies du tribunal de première instance afin de faire saisir le dividende de près de deux milliards d'euros que BNP Paribas entendait faire remonter de BNP Paribas Fortis vers le siège français de la banque.

Entre-temps, le mastodonte parisien a décidé de suivre les recommandations des régulateurs et de suspendre la distribution de ce dividende. Mais Mischaël Modrikamen, qui mène ce combat judiciaire depuis maintenant une décennie, ne rend pas les armes pour autant.

Ce mercredi, il a envoyé une lettre à la direction de BNPPFortis et de sa maison mère française pour avoir plus de détails quant à des flux financiers annexes. Selon des informations qu'il indique avoir glanées auprès de "multiples sources internes", la banque belge transfère chaque année des "centaines de millions d'euros à titres divers" à destination de Paris.

"De tels transferts pourraient avoir une influence sur l’appréciation que la chambre du conseil fixée le 7 juin 2020 et le tribunal de l’entreprise porteront sur la licéité de l’opération de reprise de Fortis Banque", estime l'avocat dans le courrier qu'il a envoyé aux deux entités.

Demande de transparence

Il s'interroge sur le fondement de ces transferts et demande aux directions si ceux-ci ont fait l'objet d'accords spécifiques ou s'ils ont été réglés par la suite, lorsque le groupe français avait déjà pris les commandes de la banque.

"Dans tous les cas se pose également la question de la contrepartie réelle", souligne Mischaël Modrikamen, qui constate que ces transactions ne figurent pas dans les rapports annuels du groupe et qu'ils contreviendraient dès lors aux principes de gouvernance adoptés par la banque elle-même en 2011.

"La Belgique a commis une erreur monumentale à l'époque. En dix ans, BNP Paribas a fait remonter quasiment toute la valeur de la banque, qu'elle avait achetée à l'époque en actions."
Mischael Modrikamen
Avocat des petits actionnaires de Fortis

Il donne huit jours à la banque pour lui répondre, faute de quoi il les demandera à la justice et interpellera les réviseurs.

Mischaël Modrikamen estime avoir une créance de 7 milliards d'euros au nom des petits actionnaires de Fortis qu'il représente. "La Belgique a commis une erreur monumentale à l'époque", ne démord-il pas aujourd'hui. "En dix ans, BNP Paribas a fait remonter quasiment toute la valeur de la banque, qu'elle avait achetée à l'époque en actions."

"Il y a de toute évidence un problème de transparence dans cette opération, c'est pourquoi nous menons ce combat pour les actionnaires."

Contactée par L'Echo, BNP Paribas Fortis n'a pas souhaité réagir.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés