Nouveau coup de sabre dans l'emploi d'UniCredit

L'italien UniCredit a présenté un nouveau plan stratégique qui passera par une réduction supplémentaire de l'emploi. ©Bloomberg

Depuis l'arrivée de Jean-Pierre Mustier au poste de CEO, UniCredit a déjà supprimé 14.000 emplois. Il ajoute aujourd'hui 8.000 suppressions à la liste.

Depuis 2016, le groupe bancaire italien UniCredit a déjà largement sabré dans l'emploi (-14.000). Pourtant, son CEO, le Français Jean-Pierre Mustier, annonce aujourd'hui un nouveau plan stratégique 2020-2023 qui ne se fera pas sans casse sociale.

L'enseigne annonce 8.000 pertes d'emplois supplémentaires et la fermeture de 500 agences d'ici 2023. Ce qui est une mauvaise nouvelle pour les salariés ne devrait pas l'être pour les actionnaires pour lesquels une augmentation du dividende est prévue.

Confrontées à un environnement compliqué, marqué notamment par des taux d'intérêt bas et les tensions politico-commerciales, une dizaine de banques européennes, dont Société Générale, Deutsche Bank et HSBC, ont annoncé depuis le début de l'année la suppression de plus de 44.000 postes. Avec UniCredit, le chiffre passe à plus de 52.000.

Jean-Pierre Mustier, le CEO d'UniCredit, a prévenu que "l'allocation du capital sera centrale" dans le nouveau plan stratégique 2020-2023. ©BELGAIMAGE

"Dans le précédent plan, nous avons agi de manière socialement responsable et nous continuerons à le faire", assure Jean-Pierre Mustier. Ces mesures ont pour vocation une réduction des coûts en Europe occidentale de l'ordre d'un milliard d'euros par rapport à 2018; et ce pour toute la durée du plan.

Que prévoit le plan Team 23?

Le plan, baptisé Team 23, s'articule autour de quatre piliers:

L'augmentation et le renforcement de la base de clients avec des processus simplifiés et des produits innovants. Dans le domaine de l'assurance, UniCredit veut continuer à travailler avec des partenaires, plutôt que de développer cette activité en interne. Le groupe veut aussi renforcer sa position de banque pour les petites et moyennes entreprises. 

La hausse de la productivité: UniCredit prévoit une hausse moyenne annuelle de 0,8% entre 2018 et 2023, pour atteindre 19,3 milliards d'euros. Dans le même temps, son bénéfice net par action doit augmenter de 12% par an

La gestion disciplinée du risque. 

→ Une gestion du capital avec une nette hausse des dividendes versés aux actionnaires. Pour la période 2020-2022, UniCredit versera 40% de son bénéfice net aux actionnaires (dont 10% via le rachat d'actions), contre 20% annoncé en 2016 et 30% en 2017. Ce montant grimpera à 50% en 2023. Au total, huit milliards d'euros seront versés aux actionnaires entre 2020 et 2023, dont deux milliards via des rachats d'actions.

Interrogé sur d'éventuelles fusions transfrontalières, le CEO souligne que la banque privilégie le rachat d'actions. Elle pourrait toutefois considérer de "petites acquisitions seulement".

Le plan Transform 2019 quasi abouti

Depuis son arrivée à la tête de l'institution italienne, Mustier a déjà largement réorganisé la banque qui figurait à l'époque parmi les moins performantes des tests européens de résistance. UniCredit a levé 13 milliards d'euros, nettoyé ses comptes de milliards d'euros de créances douteuses, supprimé 14.000 emplois, cédé des actifs...

Mustier affirme que "tous les objectifs clés" du précédent plan, appelé Transform 2019, "ont été atteints ou seront dépassés à la fin de l'année". Dans le prochain plan, "l'allocation du capital sera centrale", a-t-il dit, en anticipant que "les revenus ne croîtront plus tellement". UniCredit étudie la possibilité de créer une holding pour les actifs internationaux, non cotée en bourse et basée en Italie, a-t-il indiqué le 7 novembre.



Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect