Orange Bank creuse ses pertes... et sa tombe en Belgique?

©REUTERS

Un peu plus d'un an après son lancement en France, Orange Bank creuse ses pertes. De là à peser sur l’arrivée du service en Belgique?

L’heure est à un premier bilan pour Orange Bank. Un peu plus d'un an après son lancement en France, la banque mobile du géant mondial des télécoms comptait près de 250.000 abonnés fin 2018, ressort-il des résultats annuels du groupe, contre 100.000 encore fin février. Côté financier, la division a creusé sa perte d'exploitation à 169 millions d'euros pour un produit net bancaire en repli à 43 millions. Le groupe a déclaré envisager l'équilibre au bout de 5 à 6 ans.

Une situation qui pourrait peser sur l’arrivée du service en Belgique? On n’en est pas là. Non, l’opérateur s’en tient au planning évoqué en décembre déjà à Londres: une première incursion étrangère est prévue en Espagne, quand la Belgique devrait suivre sur la liste des chantiers, aux côtés de la Slovaquie et de la Pologne.

Rien avant 2020 ici

500
millions
Les ambitions du groupes sont claires: d’ici 2023, la filiale vise quelque quatre millions de clients et un produit net bancaire en Europe de 500 millions d’euros.

Côté timing, le déploiement ne sera pas à attendre chez nous courant 2019 – mais bien sur les terres de Don Quichotte, au second semestre –, comme initialement évoqué lors de la présentation du service, mais bien en 2020, au mieux, le maximum étant… 2023. C’est large, mais "nous ne pouvons pas être plus précis que ce qui a été annoncé" pour l’instant, nous renseignait alors Emmanuel Gauthier, porte-parole d’Orange France.

Ce qui n’empêche, les ambitions du groupes sont claires: d’ici 2023, la filiale vise quelque quatre millions de clients et un produit net bancaire en Europe de 500 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n