Pas assez de directrices dans le monde financier

Selon Women in Finance, la désignation de Jane Fraser à la tête de Citi pourrait créer une émulation favorable aux femmes dans le secteur financier. ©Bloomberg

L'accession des femmes aux postes de direction dans les entreprises financières est un rien plus aisée qu'il y a un an. Mais la progression reste faiblarde.

Bien, mais peut mieux faire: ainsi peut-on résumer le premier bulletin remis par Women in Finance aux entreprises financières du pays. Cette association de fait, créée il y a un an par sept femmes actives à un haut niveau au sein de leur entreprise, vient de procéder à une évaluation de la diversité des genres dans la finance belge.

Un élément positif: la question du genre s'inscrit désormais nettement plus haut à l’agenda du secteur financier. "Je ne m’attendais pas à voir 90% des entreprises se joindre à nous", souligne Claire Godding, experte en diversité et inclusion chez Febelfin, la fédération belge du secteur financier. Douze institutions financières sont en effet venues s'ajouter aux 26 signataires de la charte inaugurale en 2019.

S'il a subi quelques lézardes, le plafond de verre qui empêche encore et toujours nombre de femmes de monter dans la hiérarchie n'en reste pas moins en place. Mais on note un frémissement: 88% des organisations signataires ont analysé les plafonds de verre en leur sein, et 96% d'entre elles ont mis en œuvre un plan d’action pour plus de mixité (soutien aux jeunes parents, mesure de l'écart salarial, recrutements liés au genre, monitoring des genres dans les promotions, etc.).

À quand d'autres Jane Fraser?

C'est surtout dans les fonctions de direction que le bât blesse. La situation évolue positivement, mais pas très vite: en un an, on est passé de 27,1% à 27,8% de femmes occupant un poste de direction. "Mais cela ne peut qu’aller en s’améliorant parce que la présence des femmes dans le management est déjà plus importante dans le secteur financier", précise Claire Godding.

27,8%
Dans la direction
En un an, on est passé de 27,1% à 27,8% de femmes occupant un poste de direction dans les institutions financières.

Dans ce contexte, la désignation de Jane Fraser à la tête de Citi pourrait créer une émulation. "Chaque fois qu’une entreprise financière nommera une femme à un poste visible, cela aura un effet d’entraînement, à la fois sur les femmes qui pourraient trouver une motivation à poser leur candidature et sur les responsables des ressources humaines dans les entreprises, qui y seront plus attentifs", explique la coprésidente de Women in Finance.

Au niveau européen, la mixité globale dans les entreprises financières tourne autour de 50-50. Et dans les postes de cadres et de direction, la Belgique n’est pas le plus mauvais élève en Europe.

"Chaque fois qu’une entreprise financière nommera une femme à un poste visible, cela aura un effet d’entraînement."
Claire Godding
Coprésidente de Women in Finance

"Un pays comme l’Allemagne score moins bien en ce qui concerne l’accès des femmes aux fonctions de senior management, même si là aussi, il y a une évolution dans le bon sens. Globalement, on note d’ailleurs une certaine émulation à travers l’Europe", dit Claire Godding.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés