Perte de 431 millions d'euros pour Dexia

© Belga

Le groupe Dexia a dégagé une perte nette part du groupe de 431 millions d'euros au 1er trimestre. En cause, des dépréciations et le coût des garanties dues à la Belgique, à la France et au Luxembourg. Les besoins de financement du groupe à court terme s'élèvent à 61 milliards d'euros.

Le groupe Dexia a dégagé une perte nette part du groupe de 431 millions d'euros au 1er trimestre 2012, dont une perte de 416 millions au titre des activités poursuivies et de 15 millions au titre des activités abandonnées. Pour rappel, lors de l'exercice 21011, le groupe Dexia avait annoncé une perte record de 11,6 milliards.

Dexia précise que cette déclaration se base sur des chiffres non audités au 31 mars 2012 qui n'intègrent aucun changement de périmètre par rapport à la fin 2011: ce résultat ne prend pas en compte d'ajustement de valeur potentiellement négatif sur la cession de la Banque Internationale à Luxembourg.

Comment expliquer cette perte? Cette perte est impactée par différents éléments non récurrents, principalement deux révisions de valeur: une dépréciation du capital participatif détenu dans Kommunalkredit Austria (-145 millions d'euros) et  un ajustement de -102 millions lié à la cession de Dexia Municipal Agency (DMA). A noter que cet ajustement en DMA ne modifie pas la perte attendue sur la cession de Dexia Municipal Agency.

Le coût des garanties publiques pèse aussi sur ce bilan. Concrètement, le coût trimestriel des garanties à payer aux Etats belge, français et luxembourgeois équivaut à 128 millions avant impôts (dont 79 millions au titre de la dette garantie émise sous la convention temporaire de garantie 2011).

Cessions: Sur les quatre premiers mois de l'année, Dexia a cédé 3 milliards d'actifs, dont  2,4 milliards d'obligations et 0,6 milliard de prêts.

 

• Le portefeuille obligataire géré en extinction s'élève à 71,4 milliards d'euros au 31 mars 2012.

 

Au 31 mars 2012, le total du bilan consolidé du groupe Dexia s'élève à 399 milliards d'euros, en baisse de 14 milliards par rapport au 31 décembre 2011. Cette baisse résulte principalement de la chute de l'encours des prêts Core Public and Wholesale Banking de 6,5 milliards et de l'encours des actifs de la division Legacy de 4,7 milliards.

→ Hors Dexia Banque Belgique (cédée en octobre 2011), le total des avoirs de la clientèle de la banque de détail et commerciale s'élève à 41 milliards d'euros fin mars 2012, dont 24,5 milliards de dépôts et 16,5 milliards de produits hors bilan. Les prêts représentent 22,9 milliards.

Fonds propres: Le ratio des fonds propres de base (Tier 1) s'établit à 7% (contre 7,6% à fin décembre 2011) et le ratio des fonds propres durs (Core Tier 1) à 6,7% (contre 6,4% à fin décembre 2011). Le capital Tier 1 s'élève à 5,8 milliards, en hausse de 461 millions par rapport à fin 2011, et le capital core Tier 1 à  6,1 milliards, en recul de 216 millions.

Il faut signaler que le rachat des titres perpétuels non-cumulatifs (Tier 1 hybrides) émis par Dexia Funding et Dexia Crédit Local n'a pas été comptabilisé en résultat mais a directement contribué à renforcer les fonds propres durs du groupe.

Dexia juge que sa structure de financement a évolué de manière favorable depuis la fin décembre. Le groupe rappelle qu'il a émis 19 milliards de dette garantie portant l'encours total de dette émise sous la convention 2011 à 41 milliards à fin mars 2012.

 

Besoins de financement

Au 31 mars 2012, le besoin de financement à court terme du groupe s'élève à 61 milliards euros contre 88 milliards à fin décembre 2011. Le plan présenté par les Etats à la Commission européenne prévoit une garantie définitive de 90 milliards d'euros, calibrée pour couvrir les besoins de financement du groupe à long terme. Pour rappel, la mise en oeuvre de cette garantie définitive demeure sujette à la validation du plan soumis par les Etats à la Commission européenne.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés