portrait

Peter Blom, le plus durable des banquiers

Après 23 années passées à la tête de Triodos et 40 ans dans ses murs, Peter Blom a annoncé sa volonté de quitter la banque durable. La quête d'un successeur est lancée.

Il était l'homme des débuts. À 64 ans, Peter Blom annonce son intention de quitter la direction de Triodos en 2021. Entré en 1980 alors que Triodos n'était qu'une fondation, il oeuvrait comme bénévole. En deux ans, la banque le propulse à la gestion des crédits. Sept ans plus tard, il est promu directeur général, pour enfin accéder à la présidence du comité de direction en 1997.

"Ce qui m'a tout de suite attiré chez Triodos, c'est cette volonté de changer le monde avec une certaine vision sociale", dira l'anthroposophe convaincu.

"Il a mené la banque là où elle est aujourd'hui en restant collé à sa mission: savoir utiliser l'argent en toute conscience, avec dignité pour engendrer un développement positif de la société".
Aart de Geus
Président du conseil d'administration de Triodos

A l'annonce de sa volonté de quitter sa fonction, Aart de Geus, président du conseil d'administration a déclaré que Peter Blom était un grand banquier et un grand dirigeant. "Il a mené la banque là où elle est aujourd'hui" en restant collé à sa mission: "savoir utiliser l'argent en toute conscience, avec dignité pour engendrer un développement positif de la société".

Une start-up, une curiosité

En effet, en 1980 la fondation décroche un statut bancaire auprès de la banque centrale néerlandaise. Avec 540.000 euros de capital, Triodos faisait alors davantage figure de start-up. Aujourd'hui, la start-up a plus de 720.000 clients, un bilan de 13 milliards d'euros et près de 19 milliards d'euros d'actifs sous gestion.

19 milliards
euros
La banque Triodos gère à ce jour près de 19 milliards d'euros d'actifs.

Lorsqu'elle a commencé à offrir un "crédit socialement responsable", Triodos était vue comme une curiosité. Désormais, les grandes banques suivent son exemple.

Et puis, la petite banque est devenue grande. Elle est partie à la conquête d'autres marchés. La Belgique fut la première succursale ouverte en 1993. Le Royaume-Uni a suivi en 1995, l'Espagne en 2004 et enfin la France en 2013 (abandonnée 6 ans plus tard). "Les initiatives de Peter Blom dans la gestion de fonds ont connu plus de succès que son expansion internationale", entendra-t-on.

L'avant et l'après

De ses deux décennies passées à la tête de Triodos, certains notent un avant et un après crise bancaire. Auparavant, Peter Blom se faisait fort d'être un facilitateur pour "ceux qui avaient l'énergie de faire avancer les choses". Les dirigeants des succursales développaient donc leurs activités à leur guise.

Mais après la crise financière, la Nederlandse Bank a appelé la banque à davantage recentrer son organisation. Le facilitateur a dû se muer en centralisateur, un costume dans lequel il était moins à l'aise.

Les défis sont là

Blom quitte néanmoins une banque en bonne santé, mais qui n'échappe pas aux défis du secteur.

L'enseigne n'a plus l'apanage des produits financiers durables, mettant la banque face à un dilemme: devenir plus grande et moins verte au risque de perdre son ADN? Devenir plus grande, plus risquée et voir ses coûts de régulation croître?

Il y a aussi l'effet de la pandémie. Au premier semestre, le bénéfice net s'est tassé et les coûts opérationnels ont progressé.

Mais surtout comme les autres banques, Triodos souffre des taux bas. Ils pèsent sur les revenus.

Lors de la publication des résultats semestriels, Peter Blom affirmait que c'était peut-être là le plus grand défi de Triodos... le plus grand défi du futur patron, donc.

Le bénévole devenu banquier

Peu séduit par les études d'Economies qu'il avait entamé à l'université d'Amsterdam, Peter Blom s'est vite mis en quête d'un crédit pour lancer son idée: créer un café politique. Mais les portes des banques traditionnelles se fermaient les unes après les autres. Il a alors franchi le seuil de Triodos qui à l'époque n'était encore qu'une fondation. Son crédit, il obtiendra mais la fondation a d'autres ambitions pour lui et lui demande de devenir bénévole pour aider ces personnes qui comme lui se voyaient refuser un crédit dans les banques.

La valse des CEO néerlandais

La presse néerlandaise souligne que Peter Blom est le quatrième CEO à quitter la barre d'une banque batave en une courte période. Il a y eu Kees van Dijkhuizen chez ABN Amro, Ralph Hamers chez ING et Martijn Gribnau auprès de la Volksbank Maurice Oostendorp, peu connue de ce côté de la frontière.

Messire le Chevalier

En 2008, Peter Blom était décoré au rang de Chevalier de l'Ordre d'Orange Nassau pour son effort effectué à la tête de la banque Triodos pour une société plus durable. La Banque était alors pionnière dans les produits d'épargne et d'investissement durables.

Un an plus tard, il était nommé au titre de manager de l'année aux Pays-Bas aux côtés du patron du groupe de distribution Jumbo, et Hans Gennissen du prestataire de services Facilicom. Il avait dû s'incliner face au patron de Jumbo.

CV Express

  • Né en 1956 à Leiden aux Pays-Bas
  • Diplômé en d'économie à l'université d'Amsterdam
  • En 1980, il est bénévole au sein de la Fondation Triodos en passe de devenir une banque
  • En 1982, il est en charge des crédits chez Triodos
  • En 1989, il en devient directeur
  • En 1997, il est promu président du comité de direction

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés