Près de 4 millions dérobés en six mois via la fraude bancaire

©BELGAIMAGE

Les cas d'hameçonnage se sont multipliés au cours du premier semestre 2018. Febelfin note quelque 2.650 cas de fraudes contre 3.205 pour les douze mois de 2017.

On ne le répétera jamais assez: ne communiquez sous aucun prétexte vos codes secrets bancaires à un tiers que ce soit en face à face, par téléphone ou via internet.

Malgré cette mise en garde, on note au cours des six premiers mois de l'année une nette hausse des cas de fraude principalement par hameçonnage (phishing). Vous êtes ainsi quelque 2.650 a avoir été victimes d'escrocs qui ont dérobé au total près de 3,8 millions d'euros.

Evolution des cas de fraudes et des montants dérobés ©Document Febelfin

Un courrier plus que réel

Le modus operandi est toujours le même. Les fraudeurs envoient un mail au nom d’une banque ou d’une autre organisation (police, service public fédéral…). Ce courriel contient un lien menant vers un faux site internet sur lequel la victime est invitée à introduire ses codes bancaires. Les fraudeurs se connectent ainsi aux services bancaires en ligne de la victime et signent des paiements frauduleux.  

Depuis quelques temps, les arnaqueurs ont ajouté les réseaux sociaux à leurs canaux de communication. Ils se font ainsi passer pour de grandes chaînes de distribution offrant d'importantes remises ou des concours. Ici aussi les victimes sont réorientées vers un autre site internet où leurs données bancaires sont réclamées.   

Certes au sein de la fédération financière, on reconnaît la quasi-perfection du visuel des messages; de quoi compliquer la tâche du consommateur pour identifier la tentative d'hameçonnage.

Le conseil de Febelfin est donc clair:
→ Soyez vigilant!
Aucun établissement bancaire ne vous demandera votre code PIN ou autre mot de passe pour vos services en ligne... et encore moins via internet, téléphone ou autre.
→ N'effectuez jamais d'opération financière via un autre site que celui de votre banque en ligne. 

En cas de tentative de fraude, n'hésitez pas à transmettre le courriel frauduleux à votre banque:

(phishing@"le nom de domaine de la banque".be —› phishing@belfius.be, phishing@ING.be...)

Un point de contact est également disponible auprès du Centre pour la cybersécurité en Belgique (CCB): suspect@safeonweb.be.

Bonne nouvelle toutefois, "sauf agissement frauduleux, négligence grave ou intentionnalité, le consommateur sera remboursé, après enquête, conformément à la protection légale prévue".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect