Publicité

Prolongation de la garantie d'Etat en vue pour Dexia

©Bloomberg

Le Conseil des ministres doit bientôt approuver la prolongation de la garantie pour une durée de dix ans et un montant de 75 milliards d'euros.

Dexia n'est pas morte en 2011. Le cataclysme financier avait bien failli emporter l'ancien Crédit Communal avant que la Belgique, la France et le Luxembourg ne la sauvent de la faillite. Pour plus de trois millions d'épargnants, Dexia Banque a alors été remplacée par Belfius en tant qu'établissement commercial. Mais le holding demeure depuis lors un établissement en résolution ordonnée, qui emploie toujours quelque 600 personnes.

Depuis le mois de mars, sa destinée est conduite par Pierre Crevits, qui a remplacé Wouter Devriendt parti pour l'Italienne Unicredit. Parmi ses ultimes réalisations à la tête de la banque résiduelle, ce dernier avait retiré l'entreprise de la bourse, alors que son action n'était plus qu'un penny stock depuis plusieurs années.

Au 30 juin dernier, son bilan s'élevait encore à 121,2 milliards d'euros. Un solde qui fond progressivement, même si la crise sanitaire actuelle et la nouvelle chute des taux ralentissent ce fastidieux processus.

75
milliards d'euros
La nouvelle garantie de Dexia s'étendra jusque fin 2031 et s'élève à 75 milliards d'euros.

Pour mener à bien ses objectifs, Dexia bénéficie depuis 2013 d'une garantie publique de 85 milliards d'euros supportée par les trois Etats. Celle-ci arrivera à échéance le 31 décembre 2021, la Commission européenne imposant une limite de dix ans pour les aides d'Etat.

En 2019, cette même Commission avait donné son feu vert à la prolongation de la garantie. Le cabinet du ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) a dès lors rédigé un projet de loi qui en fixe les modalités et dont L'Echo a pu prendre connaissance. Il devrait être mis à l'agenda du Conseil de ministres avant Noël.

Encore des années de travail

La nouvelle garantie s'élèvera à 75 milliards d'euros et va courir du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2031. Le Luxembourg ne fait plus partie de l'accord, Dexia n'ayant plus aucune activité au Grand-Duché depuis 2012 et la vente de sa filiale Banque Internationale. En conséquence, la participation de la Belgique augmentera légèrement au sein de cette garantie, passant de 51,41% à 53%, ce qui signifie que l'Etat fédéral assumera une charge de 39,75 milliards d'euros dans la nouvelle garantie. Le solde est pris en charge par la France.

Si le montant de cette garantie a été revu à la baisse, c'est parce que le plafond de 85 milliards d'euros ne s'avère pas nécessaire. "Nos besoins se situent entre 60 et 65 milliards d'euros", explique Fabienne Carlier, porte-parole de Dexia. "Le montant de 75 milliards d'euros doit permettre de faire face à des imprévus."

2072
Certains actifs détenus par Dexia n'arriveront à maturité qu'en 2072.

Cette garantie n'est pas gratuite pour Dexia, mais elle ne lui coûte pas très cher. La banque résiduelle paie actuellement une commission de cinq points de base sur l'encours garanti. En 2019, elle a ainsi dû débourser quelque 34 millions d'euros à ce titre, dont 17 millions au bénéfice de l'Etat belge.

Lorsque la liquidation de Dexia aura abouti, une commission différée et conditionnelle s'appliquera cependant, dont le taux sera de 135 points de base. Ceci n'est néanmoins pas prévu pour tout de suite. Même si le processus devrait s'avérer plus rapide, Dexia possède des actifs dont la maturité ne sera atteinte qu'en 2072.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés