Quelle action bancaire choisir, KBC ou ABN Amro?

©REUTERS

Dans un environnement de taux peu favorables aux banques- le secteur européen a perdu 10% en Bourse cette année- quelle action faut-il choisir ? Entre KBC et ABN Amro, ING a fait son choix.

Le secteur bancaire européen connaît une année 2019 particulièrement maussade en Bourse. Il est bon dernier de tous les compartiments de l’indice Stoxx 600 avec un recul de 10%. Les causes de cette désaffection sont connues : une concurrence croissante due notamment à la désintermédiation mais surtout un environnement de taux bas amputant les marges. Ce qui au vu des menaces qui planent sur la croissance mondiale n’est pas prêt de changer.

Dans ce contexte, la préférence d’ING se porte sur KBC au détriment d’ABN Amro . "Les positions de marché solides de KBC en Belgique et en République tchèque se concrétisent par des rendements sur fonds propres élevés" souligne Albert Ploegh d’ING. "Si l’on ajoute à cela un message fort de distribution du capital, cela mérite une prime de valorisation par rapport à ses pairs."

Leviers et dividendes

Pour 2020 et 2021, l’analyste table sur une modeste croissance des revenus nets d’intérêt respectivement de 1,2% et de 0,9%. Dans ce contexte de taux très faibles, KBC peut faire la différence par rapport à son concurrent néerlandais.

Les revenus attendus du groupe de bancassurance belge en 2020 seront issus à 60% des intérêts, le solde provenant des commissions et autres activités. "Nous pensons que KBC dispose de plus de leviers qu’ABN Amro pour atténuer la pression des marges de dépôt grâce à l’amélioration de celles liées aux actifs et à une croissance des volumes". En plus de cela, KBC est très focalisée sur le contrôle des coûts, note-t-il.

En ce qui concerne la distribution des bénéfices, il table sur un dividende par action de 4,25 euros en 2019 ce qui correspond à un rendement de 8,1%. Il devrait ensuite baisser à 4 euros pour 2020 et 2021.

Objectifs de cours réduits

Albert Ploegh maintient donc sa recommandation à "acheter" sur KBC. Il a cependant réduit son objectif de cours à 67 euros contre 80 euros avant. Le "target" moyen des analystes s’élève à 69,7 euros, soit un potentiel de hausse de 36%. La baisse de cet objectif est la résultante des tensions dans la guerre commerciale qui accroissent l’incertitude macro-économique en augmentant le risque d’une période prolongée de taux bas.

Dans la foulée, il a également revu ses ambitions sur KBC Ancora à 49,6 euros contre 57,2 euros avant. Il reste à l’achat sur cette valeur dont le principal actif consiste en une participation en KBC. Pour Albert Ploegh, la décote de 26% affichée par KBC Ancora par rapport à la juste valeur n’est pas justifiée. Un chiffre de 20% serait plus approprié.

Quant à ABN Amro, son conseil ne change pas ("conserver") tandis que son objectif de cours est passé de 26,5 euros à 18,5 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect