Rabobank traque des tentatives de blanchiment chez 10.000 clients

Le régulateur néerlandais craint que Rabobank ait pu considérer beaucoup de ses clients particuliers comme "faiblement risqués" et donc ne pas les avoir suffisamment contrôlés en matière de blanchiment d'argent. ©ANP

La banque néerlandaise avait été sommée en 2018 d'analyser les dossiers de clients afin de mettre à jour d'éventuelles tentatives de blanchiments ou de corruption. Rabobank est également présente en Belgique, via la banque en ligne. On ne sait toutefois pas si des clients belges sont visés.

Rabobank a-t-elle négligé l'analyse des dossiers de ses nouveaux clients? La Nederlandsche Bank (DNB), le régulateur néerlandais, avait déjà tiré la sonnette d'alarme l'an dernier. La DNB avait alors condamné la banque néerlandaise à une amende de 1 million d'euros pour non-respect des règles de lutte contre le blanchiment. Un porte-parole indiquait alors que les faits portaient sur une période remontant à 2016 et que, désormais, tout avait été rectifié.

Or aujourd'hui, la banque passe à nouveau au peigne fin le dossier de quelque 10.000 clients afin de déceler d'éventuelles tentatives de blanchiment d'argent. C'est ce qui ressort d'un courrier interne que le "Financieel Dagblad" a pu consulter.

Les clients particuliers auraient été jugés comme "faiblement risqués" et n'auraient pas été suffisamment contrôlés.

Erreur de considération

La DNB s'inquiète du fait que la banque aurait pu considérer beaucoup de ses clients particuliers comme "faiblement risqués" et donc ne pas les avoir suffisamment contrôlés. Quelque 40.000 clients pourraient être dans ce cas. Il est question de clients particuliers qui auraient effectué d'importants dépôts en cash et d'autres qui ont des comptes dans des pays tels que Malte, la Russie ou l’Angola.

La banque oeuvre donc à rétablir la situation. Quelques centaines de salariés ont été chargés de vérifier les dossiers de ces clients afin de rétablir la situation d'ici avril 2020.

Lutter contre le blanchiment, une priorité des régulateurs en Europe

La lutte contre le blanchiment d'argent est une des priorités des régulateurs financiers en Europe. Rabobank n'est pas la seule banque néerlandaise dans le viseur des autorités. ABN Amro fait aussi l'objet d'une enquête. Sans inspection approfondie des dossiers, ABN Amro avait qualifié de nombreux clients privés comme fiables. La banque affirme avoir déjà provisionné quelque 114 millions d'euros.

En 2018, la DNB a, à quatre reprises, imposé une amende pour non-respect des règles anti-blanchiment.

En 2018, la DNB a, à quatre reprises, imposé une amende pour non-respect des règles anti-blanchiment. 

ING avait aussi fait l'objet d'une amende salée en 2018: près de 800 millions pour ne pas avoir mis en place les mesures réglementaires nécessaires pour prévenir de tout blanchiment et corruption.

En Belgique, la banque Degroof Petercam avait aussi été pointée du doigt pour manquements dans la mise en place des procédures anti-blanchiment. 

260.000 clients particuliers en Belgique

Rappelons enfin que Rabobank est également présente en Belgique via sa plateforme internet. La banque offre ainsi des produits d'épargne, des comptes à vue et à terme à quelque 260.000 clients particuliers. Les comptes de ces clients sont-ils aussi visés par le screening? Aucun détail ne fuse pour l'heure. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés