Résultat net très légèrement au-dessus des attentes pour KBC

Dans ses résultats trimestriels, KBC fait état d'un volume de crédit en hausse de 4%. ©Photo News

Le bancassureur a enregistré un bénéfice net de 612 millions d'euros au troisième trimestre. Les revenus liés aux activités d'assurance sont restés quasiment stables, mais ceux liés au trading s'affichent en baisse.

KBC  a réalisé un bénéfice net de 612 millions d'euros au cours du troisième trimestre. Il s'agit d'une baisse de 13% par rapport à l'année passée, mais le bancassureur fait légèrement mieux que les prévisions des analystes qui tablaient, en moyenne, sur un résultat net de 605 millions d'euros.

La baisse du bénéfice était attendue, notamment en raison de la fin de la reprise des provisions de crédit en Irlande, qui avait boosté les chiffres au cours des derniers trimestres.

Les activités belges représentent 368 millions d'euros de ce résultat (en baisse de 8%, mais bien mieux qu'escompté), tandis que 159 millions d'euros ont été gagnés sur le marché tchèque. Sur les neuf premiers mois de l'année, KBC enregistre un résultat net "solide" de 1.787 millions d'euros.

"Par rapport au trimestre précédent, le trimestre sous revue s'est caractérisé par une hausse des revenus nets d'intérêts et des revenus nets de commissions, par une quasi-stabilité des revenus techniques issus de nos activités d'assurance et par une diminution des charges et des réductions de valeur sur crédits", commente Johan Thijs, CEO de KBC.

Revenus liés au trading en berne

De l'autre côté de la pièce, les revenus à la juste valeur et liés au trading se sont fortement dégonflés, entre autres en raison de la faiblesse des rentrées issues de la salle des marchés.

Notre solvabilité se maintient à un niveau robuste, avec un ratio common equity de 15,4%.
Johan Thijs
CEO KBC

Les revenus de dividende ont également baissé, au même titre que les autres revenus nets. "Cette dernière évolution s'explique par le fait que le trimestre précédent avait bénéficié d'un gain de 82 millions d'euros lié à l'acquisition de la participation restante de 45% dans la banque d'épargne-logement tchèque ČMSS", précise encore Johan Thijs.

KBC a octroyé un volume de crédit en augmentation de 4% sur glissement annuel. Les dépôts ont aussi augmenté de 4%. "Les ventes de nos produits d'assurance vie et non-vie ont également augmenté de 5% et 9% respectivement en glissement annuel", souligne le bancassureur. Celui-ci se targue d'une solvabilité "robuste", avec un ratio common equity de 15,4%.

Les charges d'exploitation ont diminué de 1% au troisième trimestre pour atteindre 975 millions d'euros. "Si l'on exclut certains éléments hors exploitation et que l'on répartit les taxes bancaires de façon homogène sur l'ensemble de l'année, le ratio charges/produits s’établit à 59% pour les neuf premiers mois de l'année", explique KBC. "Nous payons un demi-milliard d'euros de taxe bancaire", commente Johnny Thijs. "C'est beaucoup d'argent."

Dividende en hausse

KBC va distribuer vendredi une avance sur dividende d'un euro par action. Le bancassureur ne donne pas d'estimation sur le dividende total attendu sur l'ensemble de l'exercice, mais il a coutume de redistribuer au moins 50% de ses bénéfices nets à ses actionnaires. Les résultats diffusés ce jeudi laissent espérer un dividende au moins aussi élevé que l'année passée, ce qui a eu pour effet de faire bondir l'action, qui a réalisé la meilleure performance du Bel 20 à l'ouverture.

En septembre, KBC avait annoncé la mise en oeuvre d'un "plan de transformation" qui comprend notamment la suppression de 1.400 postes en Belgique, via des départs naturels, lors des trois prochaines années. "L'objectif de l'exercice est de devenir une entreprise plus agile, dotée d'un processus décisionnel accéléré, afin de délivrer les solutions clients plus rapidement", explique Johan Thijs.

Pour ce qui concerne la fin de l'année, KBC indique seulement miser sur "des rendements robustes pour l'ensemble des divisions".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect