"S’il faut faire plus pour soutenir l'économie, la BCE en fera plus"

Christine Lagarde, présidente de la BCE, rappelle l’importance du plan de relance européen. Elle prévient toutefois: sans un versement rapide et non ciblé, les États membres "rateraient une occasion historique". ©AFP

Christine Lagarde est inquiète face à la reprise "inégale et incomplète". La présidente de la BCE appelle les Etats membres à distribuer efficacement les aides européennes.

En poste à la tête de la Banque centrale européenne (BCE) depuis un, Christine Lagarde se dit inquiète de l'impact des mesures prises en Europe pour endiguer la pandémie. "Il nous paraît essentiel que les filets de sécurité budgétaires mis en place par les gouvernements pendant cette crise ne soient pas retirés prématurément."

"Si la situation se détériore, cela noircira évidemment nos prévisions, que nous réviserons en décembre."
Christine Lagarde
Présidente de la BCE

Interrogée dans Le Monde, Christine Lagarde explique que les nouvelles mesures de restrictions ajoutent de l’incertitude et pèsent sur la reprise. Une reprise qui s'était déjà affichée, cet été, comme "inégale et incomplète".

Elle craint pour l'emploi, le revenu des ménages, la demande et la croissance. "Notre scénario central prévoit pour 2020 une chute du PIB de 8% en moyenne dans la zone euro, en incluant des hypothèses de restrictions partielles, et localisées. Si la situation se détériore, cela noircira évidemment nos prévisions, que nous réviserons en décembre."

Ne tardez pas!

Certes, une enveloppe de 750 milliards d'euros a été décidée par la Commission européenne pour soutenir le plan de relance européen. L'objectif est de distribuer cet argent début 2021.

"Il est crucial que ce plan exceptionnel, qui a levé d’importants tabous dans certains pays, soit un succès. S’il n’est pas ciblé, s’il se perd dans des dédales administratifs et n’irrigue pas l’économie réelle pour orienter nos pays vers le numérique et le vert, nous aurons raté une occasion historique de changer la donne."

"Le non-respect des traités européens n’est pas dans ma feuille de route."
Christine Lagarde

Et que fait la BCE?

Christine Lagarde rappelle que, de son côté, la BCE a agi pour stabiliser les marchés, ramener l'inflation dans sa trajectoire et soutenir l'activité d'octroi de crédits aux ménages et aux entreprises. "S’il faut faire plus, nous ferons plus", ajoute-t-elle. La banque centrale n'aurait pas encore épuisé toutes les possibilités de soutien, en effet.

Pour soulager les États, une annulation de la dette est-elle sur la liste? La réponse de la présidente est sans appel: "le non-respect des traités européens n’est pas dans ma feuille de route." L’article 123 du Traité sur le fonctionnement de l’UE interdit, en effet, le financement par la BCE du budget des États, ce qui reviendrait à annuler une dette.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés