Trois banques espagnoles "hautement spéculatives"

Bloomberg ©Bloomberg

Moody's classe 3 banques nationalisées comme hautement spéculatives: Bankia, Catalunya Banc et NovaCaixaGalicia

L'agence de notation Moody's a annoncé mardi soir qu'elle abaissait de deux crans les notes de trois banques espagnoles nationalisées ces derniers mois en raison de leurs difficultés (Bankia, Catalunya Banc et NovaCaixaGalicia), les plaçant dans la catégorie hautement spéculative.

• La note de Bankia passe ainsi de Ba2 à B1 et celles de Catalunya Banc (anciennement CatalunyaCaixa) et NovaCaixaGalicia descendent de B1 à B3, et toutes assorties d'une perspective négative, ce qui veut dire que Moody's pourrait encore les abaisser à moyen terme.

Dans un communiqué, l'agence de notation assure avoir "tenu compte des bénéfices du large soutien public apporté aux trois banques" et de "l'amélioration de leur situation de financement et de liquidité", mais souligne que "le profil de crédit de ces trois banques reste très vulnérable" en raison de la mauvaise qualité de leurs actifs, des faibles perspectives en termes de rentabilité et des plans de restructuration mis en place dans chaque entité.

Moody's estime en outre que "le gouvernement espagnol devra probablement être contraint d'apporter plus de soutien aux banques espagnoles, y compris celles qui ont déjà reçu des aides publiques".

A savoir

Fortement fragilisé par son exposition à l'immobilier, le secteur bancaire espagnol bénéficie d'un plan d'aide européen accordé il y a un an, dont 41,3 milliards d'euros ont été versés, tandis que l'Etat espagnol a dû nationaliser les quatre banques les plus fragiles (Bankia, Catalunya Banc, NovaCaixaGalicia et Banco de Valencia). Dans le cadre de ce sauvetage, l'Espagne a créé une structure de défaisance, ou "bad bank", baptisée "Sareb", à laquelle ces quatre banques ont transféré leurs actifs toxiques en décembre.

Le secteur reste affaibli, alors que la récession en Espagne dure depuis bientôt deux ans: en avril, les créances douteuses des banques espagnoles, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, ont de nouveau augmenté, à 10,87% du total des crédits.

Le Fonds monétaire international (FMI) les a récemment appelées à "renforcer leurs bilans afin de pouvoir prêter" et de relancer le crédit, ce qui stimulerait une reprise de l'économie espagnole.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect