Tuile informatique pour ING en Belgique et aux Pays-Bas

©ANP XTRA

On dira que pour cette semaine, les "mauvais" jours se suivent et se ressemblent pour ING. La presse néerlandaise fait état d'importants problèmes dans les systèmes IT belges et néerlandais du groupe. La direction parle d'imprécisions et de propos sortis du contexte.

Les temps sont durs pour ING : versement pour clore un litigie lié à des actes de blanchiments ou corruptions, rappel à l'ordre par le ministre néerlandais des Finances. Aujourd'hui, nouvelle salve de critiques: le groupe connaît des problèmes majeurs dans son système IT tant aux Pays-Bas qu'en Belgique.

Selon "Het Financieele Dagblad", la "license to operate" du groupe est en danger en raison des retards accumulés dans le traitement de problèmes d'ordre informatiques. Le quotidien se base sur une présentation faite en août aux managers du Benelux. Ce sont ces retards qui notamment ont mené à ce versement de 775 millions d'euros pour non-respect des lois anti-blanchiment. Et toujours selon le journal, la banque aurait justement accepté ce versement, car elle est consciente des défaillances de ses systèmes.

Le rapport évoque également des problèmes IT, surtout en Belgique où les systèmes ne répondent qu'à cinq des sept critères de sécurité. Une épine dans le pied de Ralph Hamers, le CEO du groupe, qui officiait jusqu'en 2013 comme patron de l'activité belge.

De son côté, la banque dément tout problème informatique majeur en Belgique. Quant à la présentation à la source de l'article, la direction d'ING indique: "dans cette présentation, nous donnons des chiffres provenant de notre propre mesure de risque interne. Notre évaluation est délibérément plus stricte que les exigences du régulateur, dans le but de les respecter."

Pour ING, cet article contient d'autres imprécisions ainsi que des éléments sortis de leur contexte.

Par ailleurs, cette information apparaît alors que le CIO aux Pays-Bas et en Belgique, Johan Kestens, annonce son départ pour "raisons personnelles". Il était notamment en charge de diriger l'automatisation de la banque.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content