Un emploi sur cinq supprimé dans les banques en dix ans

©REUTERS

Entre 2007 et 2017, le nombre d’agences est passé de 8.451 à 5.896. En 2017, Febelfin comptait 5,88 millions de souscriptions à la banque mobile, et 12,1 millions de souscriptions à la banque en ligne. Les crédits aux ménages ne cessent d’augmenter alors que ceux-ci épargnent de moins en moins.

À l’occasion de la publication des chiffres annuels de la fédération belge du secteur financier (Febelfin), nous avons dressé un bilan sur dix ans du secteur bancaire. Entre 2007 et 2017, plus de 13.000 emplois sont passés à la trappe dans le secteur bancaire, selon les données issues de la commission paritaire 310 qui reprend tous les employés du secteur bancaire.

Par ailleurs, à l’heure actuelle, 36,2% des salariés du secteur bancaire belge ont plus de 50 ans. "La pyramide des âges devient un problème. D’autant plus que les banques ont de moins en moins besoin de profils administratifs, alors que dans le même temps elles ont de plus en plus besoin de profils informatiques et de fonctions juridiques", indique le patron de Febelfin, Karel Van Eetvelt. Ainsi, la fédération belge du secteur financier négocie actuellement avec le secteur non-marchand afin de mettre en place un projet pilote qui permettrait aux travailleurs de plus de 50 ans des banques d’aller travailler dans le non-marchand qui est demandeur de profils "financiers".

• Lisez notre Edito L'innovation passe par le social: "Il est évident que les banques ont aussi un important problème avec leurs travailleurs plus âgés."

Entre 2007 et 2017, le nombre d’agences est passé de 8.451 à 5.896. Cette diminution n’empêche pas notre pays de disposer encore d’un des réseaux d’agences parmi les plus denses d’Europe. Avec 603 agences par million d’habitants, la Belgique n’est précédée sur ce plan que par l’Espagne et Chypre. Aux Pays-Bas, ce chiffre n’est que de 102! À titre de comparaison, en France, il est de 547. Si l’on se compare avec nos pays voisins, le nombre d’agences risque-t-il encore de diminuer drastiquement chez nous? "Les banques suivent les consommateurs. Or, aujourd’hui, on constate qu’un quart des clients ne vont plus en agence. Si la demande de contact physique avec une banque diminue, le nombre d’agences va suivre la même courbe", commente Karel Van Eetvelt. En 2017, Febelfin comptait 5,88 millions de souscriptions à la banque mobile et 12,1 millions de souscriptions à la banque en ligne, alors que ce chiffre n’était que de 4,6 millions il y a dix ans.

©MEDIAFIN

Label durable sectoriel

Le réseau de distributeurs automatiques de billet est encore très important. La Belgique en dénombre 8.235. "Le Belge utilise encore beaucoup de cash", assure Karel Van Eetvelt. Ainsi, le consommateur belge retire en moyenne 24 fois par an des espèces dans un distributeur pour un montant moyen de 143 euros à chaque fois. Sur dix ans, on peut aussi constater que les crédits aux ménages ne cessent d’augmenter alors que ceux-ci épargnent de moins en moins.

Par ailleurs, le secteur financier a mis au point une norme de qualité pour les produits financiers durables. Celle-ci définit un certain nombre d’exigences minimales auxquelles les produits dits durables doivent satisfaire pour pouvoir être dotés d’un tel label. Via une consultation publique, tout un chacun est invité à se prononcer sur cette proposition de norme, qui devrait concrètement voir le jour à partir du mois de janvier prochain.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n