"Une IPO de Belfius n'est pas opportune en 2019" (Marc Raisière, CEO)

Le sourire est de rigueur auprès du président du conseil et du CEO de Belfius. ©Photo News

Bonne tenue commerciale, résistance aux turbulences du marché, des clients de plus en plus satisfaits, Belfius présente un bon bulletin 2018, ce qui permet la distribution à l'Etat d'un dividende stable de plus de 360 millions d'euros.

"Une mise en Bourse de en 2019, ce n'est pas opportun vu l'état des marchés."

Bonne nouvelle pour l'État belge. Belfius a fait ses comptes. Pour l'exercice 2018, en attendant une éventuelle IPO, la banque versera pas moins de 363 millions de dividendes. Un montant certes stable et qui correspond à la stratégie de l'enseigne qui vise un taux de distribution de 60% du résultat net. Celui-ci s'établit pour 2018 en hausse de 7% à 649 millions d'euros.

Sur la mise en bourse partielle de Belfius, que le gouvernement fédéral a décidé en septembre de reporter à plus tard, le CEO Marc Raisisère fait valoir qu'"une mise en Bourse de Belfius en 2019, ce n'est pas opportun vu l'état des marchés" financiers.

Le jour même où le report a été décidé, Belfius se présentait aux analystes, ajoute Marc Raisière. "Nous ne leur avons rien vendu d'autre que notre ADN: une stratégie opérationnelle de bancassurance, un retour sur fonds propres de 8 à 9%, une forte capitalisation, une politique de dividende entre 50 et 60% du bénéfice. Et, contrairement à ce qu'on nous disait, cela a été bien perçu par les analystes. Comme quoi, c'est bien comme un tout qu'une politique d'entreprise doit est appréciée." Allusion aux critiques essuyées par Belfius pour ses objectifs de rendement, jugés trop bas par certains.

©document Belfius

 

Mais revenons aux résultats 2018. "D’une part, nos résultats soulignent les efforts que la difficulté de l’environnement actuel exige pour continuer à progresser en tant qu’institution financière, tout en se préparant aux défis de demain. D’autre part, ils démontrent une fois de plus que Belfius y parvient. Avec le maintien de notre excellent profil de risque et financier, les solides résultats de 2018 permettent dès lors de verser pour l’exercice 2018 un dividende à hauteur de 363 millions d’euros à notre actionnaire. Sur ce montant, un acompte sur dividende de 100 millions d’euros a déjà été versé en septembre de l’an dernier", indique Jos Clijsters, président du conseil d'administration.

Les revenus s'élèvent à 2,36 milliards d'euros. La faiblesse ds taux d’intérêt a pesé sur les revenus nets d’intérêt (-2%). L’aversion au risque des clients pour les investissements sur un marché très volatil s'est soldée par légère hausse (+1%) des revenus nets de commissionnement. Notons encore l'impact de négatif des taxes bancaires.

©document Belfius

Bonne tenue commerciale

"Je suis évidemment fier des excellents résultats commerciaux que nous avons réalisés ensemble en 2018. Mais ce qui me ravit le plus, c’est le score de satisfaction à plus de 95 % de nos clients et celui de nos collaborateurs. Parce qu’ils nous offrent une perspective inébranlable pour l’avenir".
Marc Raisière
CEO de Belfius

Sur le plan commercial, Belfius se targue d'une production de crédits en hausse : +6% à 5,9 milliards d'euros pour l'hypothécaire, +26% à 900 millions pour les crédits à la consommation. "L’octroi de crédits a fait l’objet d’un examen approfondi en vue de réduire les risques", insiste-t-on chez Belfius. Pour rappel, la BNB, soutenue par Febelfin, appelait la semaine dernière à davantage cadenasser l'octroi de crédits hypothécaires.

Les clients ont par ailleurs continué d'alimenter leurs comptes. Le volume total des comptes d’épargne et des comptes à vue a augmenté de 8% à 57,1 milliards d’euros. L’encours des investissements dans les fonds a lui diminué de près de 10% à 23,3 milliards d’euros.

Dans l'assurance, l'encaissement des primes "Non-Vie" progresse de 5% à 704 millions d'euros (+ 12% pour Belfius Banque, +3% pour les AP et +10% pour Corona Direct). Les ratios de cross-selling (vente croisée) ne cessent de progresser alors que le ratio combiné, bien qu'affecté par les intempéries de 2018, s'améliore à 94%.  

Dans le secteur "Vie", l'encaissement grimpe de 15% à 1,2 milliard d'euros. Le lancement nouveaux produits a eu un effet boostant.

Si le segment destiné aux clients particuliers tient la forme, il en va de même pour les segments "business et corporate" et "public et social".

"Je suis évidemment fier des excellents résultats commerciaux que nous avons réalisés ensemble en 2018. Mais ce qui me ravit le plus, c’est le score de satisfaction à plus de 95 % de nos clients et celui de nos collaborateurs. Parce qu’ils nous offrent une perspective inébranlable pour l’avenir", conclut Marc Raisière, CEO.

©Document belfius

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect