Une nouvelle bulle d'oxygène sur les crédits fixée jusqu'en mars

©Photo News

L'autorité bancaire européenne prolonge jusqu'à la fin mars 2021 les mesures d'assouplissement des remboursements de crédits des entreprises et des particuliers. Reste à la Belgique à définir les conditions.

La réouverture des commerces non essentiels est certes un soulagement pour les commerçants, mais elle ne résout pas tout. Les acteurs des professions de contact, l'horeca, la culture, sans compter tous les autres indépendants et particuliers touchés par ces mesures anti-covid souffrent encore.

"Ce qui pourrait nous permettre de garder la tête hors de l'eau, c'est une nouvelle suspension du remboursement de nos crédits. Mais au sein de ma banque, on indique attendre la décision de Febelfin", affirme Otman Sbai, un indépendant.

Et de fait, si certains profitent encore jusqu'à la fin décembre du moratoire sur les crédits, les remboursements futurs des mensualités restaient jusqu'à ce jour une totale inconnue.

Feu vert européen

Au sein de Febelfin, on affirme qu'une décision pourrait intervenir dans les prochains jours. La fédération financière attendait le feu vert de l'autorité bancaire européenne qui a été accordé ce mercredi.

Mais pourquoi faut-il le blanc seing de l'autorité bancaire européenne? "Lorsqu'un client ne rembourse pas son crédit dans les délais, il doit être qualifié par la banque en défaut de paiement, avec les conséquences que cela engendre. L'autorité bancaire européenne a donc donné au printemps dernier une dérogation", explique Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin.

Cette dérogation était toutefois limitée dans le temps: entreprises, PME et particuliers bénéficiaient jusqu'à la fin octobre de la suspension des mensualités, avec, sur demande avant septembre, une possibilité de prolongation jusqu'à la fin décembre.

"Sans cette nouvelle dérogation, nous ne pouvons pas établir de nouveau plan général."
Rodolphe de Pierpont
Febelfin

"Sans cette nouvelle dérogation, nous ne pouvons pas établir de nouveau plan général."

Une simple prolongation?

L'EBA a donc accordé mercredi une nouvelle dérogation jusqu'au 31 mars. Désormais, chaque état-membre devra préciser les modalités de la mesure. "Nous allons en discuter dans les prochains jours avec le ministre des Finances", affirme-t-on chez Febelfin.

Le précédent moratoire conditionnait la mesure à une perte financière due à la crise sanitaire. Seule la mensualité portant sur le capital pouvait être reportée.

Rien ne dit que les mêmes conditions seront à nouveau coulées dans un moratoire.

"Octroyer un nouveau report ne sera pas la meilleure solution pour tous, car les mensualités devront tôt ou tard être remboursées."
Rodolphe de Pierpont
Febelfi

"Nous avons déjà aujourd'hui des reports de crédits sur 6, 7 ou 8 mois. Néanmoins, il faut veiller à l'équilibre et à la stabilité des banques et du tissu économique. Octroyer un nouveau report ne sera pas la meilleure solution pour tous, car les mensualités devront tôt ou tard être remboursées."

Dans l'intervalle, Febelfin appelle à ne pas laisser la situation se détériorer et à discuter avec son banquier la mise en place de solutions alternatives. "Ce n'est pas, non plus, dans l'intérêt de la banque d'avoir des défauts de clients", conclut Rodolphe de Pierpont.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés