Une solution pour Arco grâce à Belfius

©BELGA

Pour dédommager les coopérateurs d'Arco, le gouvernement veut lancer un fonds principalement garni d'argent venant de Belfius. Grâce à la mise en Bourse de la banque, ou parce que celle-ci sortira un superdividende.

C'est le dossier pourri qui traîne depuis des années: Arco et ses plus de 800.000 coopérateurs qui risquent de perdre plusieurs milliers d'euros. Mi-juin, la cour constitutionnelle jugeait la garantie offerte aux coopérateurs dans la foulée de la débâcle de Dexia- dont Arco était l'un des principaux actionnaires- contraire à la Constitution. Un coup dur pour les coopérateurs (mais qui était anticipé, la Cour européenne de Justice avait déjà auparavant rejeté les garanties).

Dans sa déclaration gouvernementale de 2014, le gouvernement avait indiqué qu’une indemnisation serait prévue pour les coopérateurs du groupe Arco. On l'attendait, la voici (du moins en ébauche).

Le CD&V cherchait particulièrement une solution au problème, vu les liens étroits qu'il entretient avec le mouvement ouvrier chrétien flamand.

Le parti du Vice-premier Kris Peeters avait ainsi dit qu'il n'était pas prêt à discuter de la mise en Bourse de Belfius que si un accord permettant de dédommager les coopérateurs d’Arco est trouvé. Et si finalement on liait les deux? Logique vu la proximité des institutions...

L'accord qui a abouti cette nuit autour du budget fédéral et des prochains grandes réformes à mener comporte un volet sur Arco. Un fonds de 600 millions d'euros va être établi pour dédommager les coopérateurs. Et d'où va venir l'argent? Principalement de Belfius. 400 millions sont en effet attendus venant de la banque qui a succédé à Dexia, dont la chute a, pour rappel, mené Arco à l'agonie, vu que celui-ci investissait l'argent de ses coopérateurs dans Dexia...

Ces 400 millions viendraient soit de la mise en Bourse de Belfius, dont l'Etat est l'unique actionnaire, soit d'un "superdividende" qui serait payé par Belfius.

Et les 200 millions restants? Ils proviendront de la liquidation d'Arco (aux dernières nouvelles il resterait environ 50 millions d'euros) et d'un "effort" du mouvement ouvrier chrétien (devenu Beweging.net).

♦ Alors, sera-ce LA solution pour consoler les coopérateurs désargentés? Pas sûr. L'avocat Geert Lenssens, qui représente le groupe "Geld Terug van Arco", n'est pas rassuré . Il se plaint qu'ils n'ont pas été impliqués dans la recherche d'une solution et estime que le marchandage sur les montants est "dégoutant".

"D'abord, l'Etat promettait que les coopérateurs d'Arco (800.000 membres) seraient indemnisés à 100% puis à 40% et enfin il n'est pas sûr qu'on atteindra les 40%", explique Lenssens. "Il y a une grande méfiance chez les coopérateurs d'Arco. Ils ne seront rassurés que quand l'argent sera sur leur compte."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés