Unicredit réduit sa présence dans la turque Yapi Kredi à 32%

©Bloomberg

Le groupe bancaire italien Unicredit a annoncé samedi la dissolution de son pacte d'actionnaires avec le groupe turc Koç et une réduction de sa participation dans leur filiale commune Yapi Kredi, ramenée à 32%, dans le cadre de son désengagement des actifs non stratégiques.

Unicredit a annoncé, dans un communiqué, la fin de son partenariat avec Koç dans la co-entreprise Koç Financial Services (KFS) elle-même propriétaire à 82% de Yapi Kredi et une nouvelle répartition des participations au sein de Yapi. 

Au final, Yapi Kredi sera contrôlée à 49,99% par un groupe d'actionnaires menés par Koç, Unicredit en détiendra environ 32%, le reste, à savoir 18% du capital de Yapi, restant coté à la bourse d'Istanbul.

L'opération aura un impact négatif sur les comptes d'Unicredit mais s'inscrit "dans la stratégie de simplification de la structure du groupe et d'optimisation de l'allocation de capital", a souligné le groupe dirigé par le Français Jean-Pierre Mustier, dans son communiqué. Wouter Devriendt, ancien CEO de Dexia, prendra la direction du département "finances" de l'établissement italien en janvier prochain.

Soumise à des autorisations bancaires des juridictions concernées, l'opération devrait être finalisée au cours du premier semestre 2020.

"Le groupe Koç deviendra l'unique actionnaire de KFS, la joint venture turque à travers laquelle Unicredit et Koç ont mené des opérations commerciales réussies en Turquie depuis 2002", a détaillé Unicredit.

Impact négatif

Dans le cadre de l'accord conclu, "31,93% de Yapi ve Kredi Bankasi (Yapi Kredi, YKB) seront transférés par KFS à Unicredit et 9,02% de Yapi Kredi seront transférés de KFS à Koç Holding", a précisé Unicredit.

La transaction aura un impact négatif sur les résultats consolidés d'Unicredit de près de 400 millions d'euros, qui sera comptabilisé d'ici la fin de l'année, auxquels s'ajoutent d'autres charges d'environ 600 millions d'euros liées à la libération de la réserve de change négative sur une base proportionnelle.

Cette opération entraînera une augmentation de 5 points de base pour le Cet1, ratio de solvabilité bancaire, d'Unicredit, en tenant compte à la fois de l'impact négatif sur le compte de résultat et du déblocage d'actifs pondérés en fonction du risque d'environ 5 milliards.

Selon Unicredit, le groupe a entamé des discussions avec la Banque centrale européenne (BCE) sur les conditions de déconsolidation de la participation du point de vue réglementaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés