Publicité

Van Overtveldt charge l'ISI d'enquêter sur le lien entre ING et les Panama Papers

©BELGA

La semaine dernière, on apprenait qu'ING Belgique avait fourni des comptes offshore à des oligarques russes. Le ministre des Finances veut en savoir plus.

ING Belgique est-elle réellement impliquée dans le scandale des paradis fiscaux et à quel point? Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a demandé à l'Inspection spéciale des impôts (ISI) d'ouvrir une enquête. ING Belgique est en effet citée dans une nouvelle fuite liée aux Panama Papers, rapportent lundi plusieurs journaux. La succursale genevoise de l'entité belge aurait aidé des Russes fortunés à parquer leur argent dans des paradis fiscaux.

Le ministre a également prié la direction d'ING d'apporter des éclaircissements sur son rôle dans cette affaire. Auditionné en mai 2016 dans le cadre de la commission spéciale sur la première livraison des Panama Papers, l'ancien patron d'ING Belgique Rik Vandenberghe avait affirmé que la banque ne souhaitait pas participer à l'élaboration de constructions offshore visant à éluder l'impôt, et qu'elle n'avait pas de contacts avec des structures dans des paradis fiscaux.

Pourtant, ING Belgique apparaît à 965 reprises dans la dernière fuite des Panama Papers. Au moins 25 sociétés offshore sont connectés à la succursale "ING Belgium, Geneva branch", assumée juridiquement par ING Belgique.

Certaines de ces sociétés ont été liquidées ou abandonnées, mais d'autres structures exotiques sont toujours actives. Dans la majorité des cas, les clients derrière celles-ci sont des Russes fortunés et actifs dans le gaz et le pétrole.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés