Bayer croule sous les plaintes contre le Roundup

©REUTERS

À ce jour, 42.700 personnes ont cité le géant allemand Bayer en justice. En cause: la toxicité du Roundup, l’herbicide de sa filiale américaine Monsanto, accusé de provoquer des cancers.

Le rachat de Monsanto, un clou du cercueil de Bayer ? Le géant chimique allemand, qui avait déboursé l’an dernier 63 milliards de dollars pour absorber le fabricant du Roundup, a déjà perdu dans l’aventure 30 milliards de dollars de valorisation.

En cause: la réputation controversée de Monsanto, à la fois dans le commerce de semences génétiquement modifiées et dans celui des pesticides, visés par différentes procédures judiciaires et objets de controverses politiques dans de nombreux pays.

Les dépenses liées aux procédures judiciaires en cours ont pesé pour 104 millions d'euros sur les résultats du dernier trimestre.

Bayer subit à présent également le poids croissant des actions en justice de clients qui dénoncent les effets délétères sur la santé du célèbre herbicide au glyphosate. Le groupe allemand doit désormais faire face à 42.700 requêtes déposées aux Etats-Unis contre le Roundup. Elles n’étaient que 18.400 lors du précédent pointage effectué fin juillet.

Bayer impute la multiplication de ces recours à une hausse des publicités télévisées diffusées par des avocats pour rechercher des requérants. "Le nombre de procédures ne dit rien sur leur recevabilité", souligne le CEO du groupe, Werner Baumann.

Bayer persiste et signe

Le géant allemand persiste à contester le bien-fondé des poursuites en justice. Il martèle depuis des mois qu’aucun régulateur dans le monde n’a conclu à la dangerosité du glyphosate depuis sa mise sur le marché au milieu des années 1970.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) estime pour sa part que le glyphosate est "probablement cancérigène". Mais son évaluation porte sur une dangerosité dans l’absolu, et non sur le risque lié à une exposition aux doses courantes.

Bayer a jusqu’ici été condamné par trois fois à indemniser des requérants californiens atteints d’un cancer, même si les montants dus ont été fortement réduits par le deuxième examen d’un juge.

Le groupe affirme aussi participer "de manière constructive" à la médiation ordonnée par un juge fédéral en Californie. En cas de succès, cela lui permettrait de solder ses contentieux sans passer par de longs procès. L’agence Bloomberg estimait en juillet dernier les propositions de transactions à 434.000 dollars par plaignant.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect