Bayer dément une proposition pour solder le dossier Roundup

©AFP

Le géant chimique allemand dément avoir proposé de verser 8 milliards de dollars pour solder plus de 18.000 plaintes aux Etats-Unis liées au Roundup, l'herbicide au glyphosate de Monsanto. Les avocats des plaignants réclament plus de 10 milliards de dollars.

Le chimiste allemand Bayer  n'a pas proposé de verser huit milliards de dollars (7,15 milliards d'euros) pour mettre fin à plus de 18.000 plaintes aux Etats-Unis liées au Roundup, l'herbicide de Monsanto accusé de provoquer des cancers, a déclaré vendredi dans un courriel Ken Feinberg, médiateur dans ce dossier depuis la fin mai.

"Une telle affirmation (relative à un règlement) relève de la pure fiction. Nous n'avons même pas évoqué les compensations dans le cadre de nos discussions en vue d'une médiation", déclare Ken Feinberg, démentant ainsi des informations de Bloomberg évoquant la possibilité d'un règlement à l'amiable du dossier Roundup. Cet herbicide au glyphosate, accusé de provoquer des cancers, est un des produits phares de Monsanto, la firme américaine rachetée l'an dernier par Bayer, qui a lâché pour la cause 63 milliards de dollars.

L'annonce d'une proposition de transaction avait fait bondir le titre du groupe allemand à la Bourse de Francfort. Celui-ci avait gagné jusqu'à 11%. Le démenti du médiateur a fait retomber le soufflé: peu avant 15h30 (heure belge), l'action ne gagnait plus que moins de 1,5%, après être brièvement tombée dans le rouge.

Pour rappel, Bayer fait face à pas moins de 18.400 requêtes en justice aux Etats-Unis concernant l'herbicide Roundup. Selon Bloomberg, des avocats de Bayer et des procureurs agissant pour d'anciens clients ayant utilisé le Roundup ont entamé à New York des pourparlers visant à trouver un accord global permettant de clôturer tous les dossiers en cours et prévenir toute plainte future.

434.000 dollars par plaignant

Un rapide calcul permet de conclure que la proposition de transaction de Bayer évoquée par Bloomberg rapporterait 434.000 dollars à chaque plaignant. Pas sûr que cela les agrée: les avocats des plaignants réclament plus de 10 milliards de dollars. L'autre gros noeud à trancher concerne les compensations à accorder aux utilisateurs du Roundup qui n'ont pas encore contracté de maladie, mais pourraient tomber malades ultérieurement.

Si la proposition de Bayer est officiellement démentie, il n'en reste pas moins que des pourparlers discrets ont selon toute vraisemblance été entamés entre représentants du chimiste allemand et plaignants. Ils risquent de durer plusieurs mois. Selon l'agence Bloomberg, qui cite trois sources proches des négociations, les avocats du groupe allemand souhaitent en effet aboutir à un accord qui englobe toutes les plaintes actuelles ou futures.

Dans l'immédiat, l'avancement des pourparlers a incité les deux parties à demander un ajournement des procès qui doivent être entamés dans les prochaines semaines.

Bayer a tout intérêt à trouver un compromis. En mai dernier, le géant allemand avait été condamné à indemniser un couple californien à hauteur de plus de 2,5 milliards de dollars. C'était le troisième jugement. Chacun d'entre eux avait été suivi de milliers de nouvelles plaintes.

Plusieurs gros investisseurs, parmi lesquels le fonds Elliott Management Corp du milliardaire américain Paul Singer, appellent du reste Bayer à abandonner sa stratégie de défense à tout prix et à envisager un arrangement global.

L'action Bayer a perdu plus d'un tiers de sa valeur, soit environ 30 milliards de dollars de capitalisation boursière, en un an. En août 2018, un jury californien avait déclaré que Monsanto, désormais filiale de Bayer, aurait dû prévenir les utilisateurs des risques présumés de cancer liés au Roundup.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect