analyse

Deuxième trou d'air pour le "fleuron" de Solvay

Solvay doit faire face à une chute des commandes de Boeing et d'Airbus en raison de la pandémie. ©EPA

Après le clouage au sol des Boeing 737 MAX, la division matériaux composites de Solvay est aujourd’hui confrontée à une chute de la demande dans le secteur aéronautique, ce qui a contraint le groupe à fermer deux usines et à supprimer 570 postes. L'avis des analystes.

"La restructuration n'est pas une grande surprise compte tenu de l'impact significatif du Covid-19 sur l'industrie aérospatiale et les récentes décisions des clients comme Airbus et Boeing pour réduire considérablement les taux de production des avions".

570
postes
Solvay va fermer deux usines et supprimer 570 postes dans sa division matériaux composites.

Wim Hoste de KBC Securities ("accumuler"; 100 euros) n’est donc pas étonné de l’annonce, ce vendredi matin, par Solvay , de la fermeture de deux usines de son pôle matériaux composites, l’une au Royaume-Uni et l’autre aux États-Unis. Cette mesure s’accompagne également d’une réduction des effectifs d’environ 570 postes, ce qui représente 20% du personnel de cette division. Une division qui avait déjà mis en œuvre un programme de réduction des coûts pour s’adapter au rythme de production du Boeing 737 MAX.

Ce plan, qui entraînera des économies annuelles d’environ 60 millions d’euros, devrait être totalement mis en œuvre d’ici la fin de l’année. Une charge de restructuration d’environ 30 millions d’euros sera enregistrée au second trimestre.

Croissance future préservée

Ces décisions ne modifient pas fondamentalement l’approche de Wim Hoste par rapport à Solvay. Il l'appréhende comme un groupe chimique diversifié qui a connu une large transformation de son portefeuille au cours des dernières années, réduisant significativement son exposition aux matières premières.

"Les matériaux composites constituent le fleuron de Solvay en raison de leur degré de spécialisation très élevé."
Kepler Cheuvreux

Pour Stijn Demeester d’ING ("acheter"; 120 euros), les mesures annoncées ne devraient pas mettre en danger la croissance future car les activités concernées seront transférées vers d’autres usines de Solvay où des mesures d’efficience ont déjà été mises en place.

Il précise, en outre, que les économies annuelles de 60 millions d’euros s’ajoutent à l’objectif de Solvay de réduction des coûts de 350 millions d’euros visé pour 2021. On se rappellera que Solvay avait déjà annoncé, en février dernier, dans le cadre de sa stratégie GROW, la suppression de 500 postes et la création de 150 nouveaux jobs.

Le fleuron du groupe

"Les matériaux composites constituent le fleuron de Solvay en raison de leur degré de spécialisation très élevé", estime, pour sa part, Kepler Cheuvreux ("conserver"; 95 euros). Le broker précise que cette division a généré un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros en 2019, soit 12,4% de l’ensemble des revenus du groupe. Il évalue la marge Ebitda de cette activité à 24%. "Ces décisions sont nécessaires dans la mesure où les commandes de Boeing et d’Airbus sont visiblement en baisse massive", conclut-il.

En matinée, l’action Solvay progressait de 2,1% à 69,9 euros.   

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés