Innovation Fund va investir dans deux "med tech", Spentys et Vipun

Les universités belges sont un terreau extrêmement fertile pour la recherche et la création, selon François Cornelis, président d'Innovation Fund,

Le fonds de la chimie et des sciences de la vie négocie deux nouvelles prises de participation dans la bruxelloise Spentys (orthèses sur mesure) et dans Vipun (monitoring de l'estomac).

Innovation Fund, le fonds belge destiné aux start-ups innovantes dans la chimie et les sciences de la vie, entame 2020 pied au plancher, puisqu'il négocie déjà ses deux premières prises de participations de l'année. Il entend prendre une part minoritaire au capital de Vipun Medical et autant dans Spentys, à chaque fois pour environ un demi-million d'euros. Ce seront les 28e et 29e entreprises qu'il aura soutenues depuis sa création il y a 5 ans. Son portefeuille passera quant à lui à 27 sociétés, car le fonds a déjà concrétisé deux sorties ("exits"): il a vendu sa part en TrendMiner en 2018 et celle dans la française Mathym l'an dernier.

Vipun, sourcé par la KUL

2
X 0,5 million €
Innovation Fund va investir un demi-million dans chacune des deux nouvelles start-ups, Spentys et Vipun.

"Vipun a été fondée par des chercheurs de l'Université de Leuven (KUL), explique Francois Cornelis, le président d'Innovation Fund. Ils ont mis au point un ballon qu'on introduit avec une sonde dans l'estomac de patients en soins intensifs, qu'il faut nourrir . Une fois placé, ce cathéter à ballon mesure les mouvements de l'organe. Il monitore l'estomac, afin de permettre au médecin d'alimenter plus efficacement et plus rapidement le patient. Il fait savoir que dans ces situations d'urgence, le malade est souvent sous-alimenté, car il est très difficile pour le personnel médical de savoir comment se déroule sa digestion." Ce monitoring permettra notamment de décréter s'il vaut mieux alimenter le patient par sonde ou par intraveineuse.

Les fondateurs de Vipun ont fait la preuve que leur appareillage fonctionne. Ils préparent à présent des études cliniques observatoires. En cas de succès, suivront des études multisites sur des populations avec et sans cathéter à ballon. Il faut compter quelque trois années pour l'ensemble du processus. Le concept est en tout cas suffisamment novateur pour avoir déjà retenu l'attention de quelques grandes sociétés du secteur. "Quand on investit dans ce type d'entreprises, on n'est pas entièrement maître de son destin, commente Cornelis. On est très dépendant des managers fondateurs et des éventuels candidats au rachat."

Spentys, deuxième levée

Le deuxième investissement projeté s'appelle Spentys. Cette start-up a été fondée par deux jeunes Bruxellois, un ingénieur commercial et un ingénieur industriel. "Ils ont mis au point des outils de scanning, modeling et impression en 3 dimensions d'attelles médicales", détaille le président du fonds. Sur base d'une prise d'images de la partie abîmée du squelette du patient, la plateforme de la société modélise l'orthèse qui conviendra le mieux à son cas (points d'appui aux bons endroits, etc.), avant de l'imprimer en 3D dans des mélanges plastiques ad hoc (polyamides, polyuréthane, résines...).

"Les fondateurs de Spentys ont une ambition sociétale, améliorer le confort du patient, et une ambition géographique, s'étendre à l'international."
François Cornelis
Président d'Innovation Fund

Spentys est par ailleurs en train de développer un système équivalent pour remplacer les plâtres dans les services d'urgence des hôpitaux: la différence est le délai, il faut produire l'attelle d'urgence en moins d'une heure, contre plusieurs jours dans les autres cas.

Spentys opère depuis plus de deux ans, elle réalise déjà du chiffre d'affaires, notamment auprès des bandagistes, et teste sa formule d'urgence dans des hôpitaux.

"Ils ont une ambition sociétale, améliorer le confort du patient, et une ambition géographique, conclut Cornelis. Ils souhaitent s'étendre rapidement à l'international." Spentys a déjà fait une première levée de fonds de 750.000 euros il y a un an. L'investissement négocié actuellement avec Innovation Fund fait partie d'un deuxième tour: les fondateurs visent 1,5 million au total.     

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect