Un fonds unique en Europe

Les entrepreneurs belges manquent parfois d'ambition, déplore François Cornelis.

En 5 ans, Innovation Fund a aidé 27 jeunes pousses de la chimie et des sciences de la vie à grandir, pour un total de 16 millions investis. La présence de "corporates" dans son actionnariat attire les porteurs de projets.

L'an dernier, Innovation Fund a réalisé six nouveaux investissements et participé à neuf tours de financement complémentaires. Il a vendu une participation: Mathym. Le fonds a été créé en 2015 par les membres de l'Innovation Circle, un groupe de dirigeants de la chimie et des sciences de la vie se réunissant une fois par mois pour analyser des dossiers de start-ups souhaitant un accompagnement. Ce Cercle, dont la fondation en 2013 a été inspirée par l'octroi des Innovation Awards par la fédération essenscia, opère toujours aujourd'hui. En 7 ans, il a examiné plus de 100 projets et en a parrainé une cinquantaine.

Le Cercle n'avait pas de volet dédié au financement, or les projets qu'on lui présentait nécessitait souvent un appel de fonds. De ce constat est né l'Innovation Fund. Ses actionnaires sont des entreprises de l'industrie, des individus, des invests et des universités.

Orienté produits

En 5 ans, le fonds a investi 16 millions dans 27 entreprises innovantes dans la chimie ou les "life sciences". Il va continuer à prendre cinq nouvelles participations par an et dispose aujourd'hui de 17 millions de cash. Il intervient dans de jeunes pousses une fois établie la preuve du concept de leur projet. Du capital d'amorçage à long terme, ce qui manque le plus en Belgique.

16 millions d'euros
Cinq ans d'investissement
Depuis sa création en 2015, Innovation Fund a investi 16 millions dans 27 entreprises.

"Nos objectifs sont la création de valeur et d'emplois la veille technologique, l'échange d'expériences et le rendement financier", dit son président François Cornelis. "Nous ne finançons pas de recherche et nous ne sommes pas un fonds financier; nous sommes orientés produits. Nous croyons aux projets que nous supportons, nous aidons chaque entrepreneur à les développer, et nous voulons aussi donner un return aux actionnaires."

La diversité de son actionnariat en fait un fonds unique dans le paysage européen. "Les start-ups apprécient d'être participées par un fonds financé par des entreprises, car elles ont souvent besoin de contacts avec celles-ci."

Aucun échec

A ce jour, le fonds n'a enregistré aucune faillite dans son portefeuille. "On a appris en revanche que la croissance des start-ups est quasi toujours plus lente que ce que leurs fondateurs avaient imaginé", observe le président. Il faut en tenir compte et prévoir des ressources pour les tours suivants.

"Les entrepreneurs belges manquent parfois d'ambitions. Les concurrentes étrangères actives dans les mêmes matières disposent de capitaux 10 fois plus élevés et sont souvent plus ambitieuses à l'international."
François Cornelis
Président, Innovation Fund

Autre constat: "les entrepreneurs belges manquent parfois d'ambitions. Les concurrentes étrangères actives dans les mêmes matières disposent de capitaux 10 fois plus élevés et sont souvent plus ambitieuses à l'international." Une leçon à retenir. "Car on ne dispose pas de décennies pour s'implanter sur le marché mondial!"

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect